L’Elysée lance son propre compte de communication et de fact-checking sur Twitter

Publié à 18h09, le 30 mars 2015 , Modifié à 21h29, le 30 mars 2015

L’Elysée lance son propre compte de communication et de fact-checking sur Twitter
Le compte Twitter du service communication de l'Elysée © Montage Twitter / Le Lab
Image Ghislain de Violet


C’est la dernière trouvaille du service de com’ de l’Elysée : doter le "Château" d’un compte Twitter dédié au fact-checking. Histoire de mettre en valeur l’action présidentielle mais aussi de rectifier les informations inexactes ou approximatives qui enflamment parfois les réseaux sociaux, comme l’a expliqué à LCP.fr Gaspard Gantzer, le conseiller en communication de François Hollande :

Nous avions ce projet depuis longtemps. Cet outil nous servira à dialoguer avec les citoyens ou des journalistes pour corriger des informations erronées ou imparfaites que l’on a vues sur le web. Il ne s’agit pas de créer des contenus mais de renvoyer les internautes vers les bonnes sources.

Lancé lundi 30 mars, le compte @Elysee_Com affichait près de 2500 abonnés en fin d’après-midi. L’équipe Web chargée de l'animer était d’ailleurs déjà à pied d’œuvre quelques heures après sa création.

Alors qu’un journaliste ironisait sur le design du logo du nouveau compte Twitter, ce dernier répondait par un message décryptant la signification de l’emblème. Voyez plutôt :









Dans les premiers temps du mandat de François Hollande, la communication du président sur le web a été souvent jugée inefficace (pour ne pas dire désastreuse). La faute à une conception datée des nouvelles technologies et à une incapacité à mesurer le rôle grandissant de l’information en continu, selon certains experts.

Mais il semble loin aujourd'hui le temps où le chef de l'Etat moquait gentiment la question d'un journaliste du Lab sur son absence de Twitter. Depuis, l'Elysée a fait des progrès, comme en atteste cette dernière initiative. Même si internet et les réseaux sociaux suscitent toujours la méfiance de François Hollande lui-même.

Du rab sur le Lab

PlusPlus