Les contrepèteries involontaires de la ville de Paris pour vanter les Berges de Seine

Publié à 17h35, le 10 juillet 2013 , Modifié à 17h39, le 10 juillet 2013

Les contrepèteries involontaires de la ville de Paris pour vanter les Berges de Seine
L'affiche de la ville de Paris, "Les Berges sont à vous !" (photo postée par Daniel Psenny sur Twitter)

SUR L'ALBUM DE LA COMTESSE - Qui dit nouvel espace urbain récemment aménagé, dit, évidemment, campagne de communication pour le faire connaître.

Le projet dit des "Berges de Seine", ces espaces du bord de Seine récemment rendus aux piétons après avoir été le territoire des automobilistes, n’échappe pas à la règle.

En l'occurrence, la campagne se décline à "360 degrés": du compte twitter dédié au site internet, pour le volet digital, en passant par une campagne d’affichage dédiée "dans la vraie vie", avec, notamment, une campagne de promotion, notamment décliné sur les abribus parisiens.

Et c’est que ça coince.

Car, le choix du "wording" de la campagne d'affichage qui, selon la mairie de Paris, a été très récemment déployée, est propice à une contrepèterie très immédiate.

C'est le journaliste du Monde, Daniel Psenny, qui l'a repérée:

On vous laisse la trouver, en vous rappelant simplement qu'une contrepèterie consiste à inverser certaines lettres d'une phrase pour en obtenir une nouvelle.

Au Lab, la mairie de Paris évoque une contrepètrie "évidemment involontaire", et évoque une création réalisée en interne. "Non mais franchement, ils ont trop chaud, les gens, sur Twitter ?", glisse une cadre de la délégation à la communication de la ville, quand le Lab lui explique que la campagne connaît un succès disons, amusé, en ligne.

Au Lab, on parie sur la capacité de la ville de Paris à surfer sur cette contrepèterie involontaire pour éviter tout "bad buzz" ...

Du rab sur le Lab

PlusPlus