Les très brèves confidences du père de François Hollande

Publié à 10h07, le 08 mai 2012 , Modifié à 19h34, le 08 mai 2012

Les très brèves confidences du père de François Hollande
Capture Nice Matin

Après Pal Sarkozy, voici Georges Hollande. Le père de François Hollande a évoqué, très rapidement, à Nice Matin, l'élection de son fils à la présidence de la République.
Visiblement "heureux", celui qui a eu un parcours politique à l'extrême-droite estime que "son fils peut redresser la France" : "il a beaucoup de diplômes".

  1. "Sarkozy a fait un cadeau empoisonné à mon fils"

    Sur nicematin.com

    A 89 ans, le père de François Hollande ne souhaite pas trop s'exposer. Georges Hollande reste très discret sur le succès de son fils et préfère vivre une tranquille retraite cannoise. 

    Nice Matin est allé à sa rencontre et lui a arraché quelques mots sur son président de fils. Georges Hollande déclare être très "heureux pour lui". Confiant, le retraité de Cannes "espère" que son fils va "redresser la France". 

    "

    Je suis heureux pour lui. J'espère qu'il va redresser la France. Oui, je le crois. Il a beaucoup de diplômes…

    "

    Mais Georges Hollande considère que la tâche va être difficile, compte tenu de la situation économique du pays, qu'il attribue à l'actuel président de la République : 

    "

    Mais Sarkozy a fait un cadeau empoisonné à mon fils.

    "

    S'il est heureux, Georges Hollande n'est pas moins en désaccord politique avec son fils. Le père du président élu a un parcours politique à l'opposée de François Hollande. Il a milité à l'extrême droite et n'a pas caché ses sympathies pour l'OAS. Des idées qui dérangent, dans la famille, selon le Nouvel Observateur

    Toujours dans Nice Matin, un voisin témoigne que le vote du vieil homme : "il a voté pour son fils parce qu'il ne peut pas faire autrement, mais ce ne sont pas ses idées". 

    Et Georges Hollande ne se livre pas beaucoup. Il n'est pas du genre à se confier aux journalistes. A Nice Matin, il en profite pour glisser un mot sur les médias : "je l'ai eu au téléphone hier (François Hollande, ndlr), il m'a dit que les journalistes en faisaient un peu trop". 

    Le 26 janvier, sur la scène du Bourget,  François Hollande avait évoqué ce père "aux idées contraires" aux siennes.

Du rab sur le Lab

PlusPlus