L’eurodéputée PS Pervenche Berès reproche à Manuel Valls son intervention "inutile et contre-productive" devant les députés européens

Publié à 13h10, le 18 avril 2016 , Modifié à 13h10, le 18 avril 2016

L’eurodéputée PS Pervenche Berès reproche à Manuel Valls son intervention "inutile et contre-productive" devant les députés européens
Pervenche Berès fait la leçon à Manuel Valls. © AFP

Si Manuel Valls irrite une partie des parlementaires socialistes, il en va de même avec les eurodéputés du parti de la rue de Solférino. Le 12 avril, le Premier ministre s’est rendu au Parlement européen et est intervenu devant la délégation française du groupe socialiste. Une intervention restée en travers de la gorge de l’eurodéputée PS Pervenche Berès, également présidente de la délégation socialiste française à Strasbourg.

Dans une lettre datée du 14 avril adressée à Manuel Valls, et que le Lab a pu consulter, Pervenche Berès, qui attendait beaucoup du déplacement du Premier ministre pour "l’influence française, pour celle des socialistes français", critique une intervention "inutile et contre-productive". Elle écrit :

 

Je comprends mal la façon dont tu as conclu ton intervention lors de la réunion du groupe S&D, alors qu’aucun d’entre nous ne pouvait rebondir sur tes paroles. (…) Tu as jugé approprié de faire une mise au point sur les divergences qui existent au sein de notre parti.

Et de citer la déclaration incriminée du chef du gouvernement, qui, selon Pervenche Berès, a "choqué les membres de la délégation, et bien au-delà" :

Il y a des gens dans mon parti politique, y compris qui siègent dans vos rangs, qui expliquent que je ne mène pas une politique de gauche, que nous ne sommes pas un gouvernement de gauche.

C’est donc cette déclaration que l’eurodéputée trouve "inutile et contre-productive". Elle développe ensuite ces deux points. Inutile ?

Inutile, car elle met l’accent sur un débat interne bien éloigné des questions, par ailleurs très précises, qui t’étaient posées. Je crois bon de signaler que nos camarades et collègues européens auraient préféré entendre la position de la France sur l’extension de l’espace Schengen à la Roumanie et à la Bulgarie plutôt que d’assister à un règlement de compte en bonne et due forme sur une controverse qui leur échappe totalement.

Ensuite, "contre-productive", car, selon elle, Manuel Valls "a montré l’image d’un parti divisé". Et d’ajouter :

 

Tu as mis le doigt sur des divisions nationales quand nous nous efforçons, avec succès, de prendre des positions communes sur l’ensemble des sujets et de nos votes au Parlement européen.

Pervenche Berès conclut sa lettre en évoquant "un incident qui aurait pu être évité" et un "regrettable épisode".

Voici la lettre en question :

Du rab sur le Lab

PlusPlus