Législatives : Myriam El Khomri appelle à "battre" Pierre-Yves Bournazel, au profit duquel elle envisageait de se retirer

Publié à 06h34, le 12 juin 2017 , Modifié à 06h37, le 12 juin 2017

Législatives : Myriam El Khomri appelle à "battre" Pierre-Yves Bournazel, au profit duquel elle envisageait de se retirer
Myriam El Khomri. © AFP
Image Amandine Réaux


Difficile de se repérer dans certaines circonscriptions où plus d’un candidat concourt sous l’étiquette de la majorité présidentielle. C’est le cas dans la 18e circo de Paris, où Pierre-Yves Bournazel et Myriam El Khomri se sont qualifiés, dimanche 11 juin, pour le second tour. Tous deux mettaient en avant leur soutien à Emmanuel Macron, sans aucune référence à Les Républicains pour le premier et avec la présence minuscule du logo du PS pour la seconde.





Face au candidat de La France insoumise Paul Vannier, tous deux s'étaient dit prêts à se retirer en cas de triangulaire, inventant ainsi le front républicain anti-insoumis.





Mais ça, c’était avant.

Avant l’élimination dudit insoumis et de la qualification, au second tour, des deux candidats pro-Macron. Pierre-Yves Bournazel, qui avait eu droit à sa vidéo de soutien du Premier ministre Édouard Philippe, arrive largement en tête avec 31,76% des voix, contre 20,23% pour l’ancienne ministre du Travail.

Dans cette configuration de duel, Myriam El Khomri a oublié toute promesse de soutien à son concurrent et mis en avant sa volonté de "rassembler" la "gauche" face à "un candidat qui cache son logo LR mais a parrainé François Fillon et rejeté le mariage pour tous" :



Finalement, sous le concept trèèès large de la "majorité présidentielle", les anciens clivages gauche/droite ne sont jamais loin.

Du rab sur le Lab

PlusPlus