Nadine Morano fait la "une" de Minute

Publié à 10h38, le 12 juin 2012 , Modifié à 11h11, le 12 juin 2012

Nadine Morano fait la "une" de Minute
L'interview de Nadine Morano à l'hebdomadaire Minute.
Image Antoine Bayet

Par

APPEL - Remarquée pour ses appels lancés aux électeurs du Front National dès dimanche soir, Nadine Morano a accordé un entretien à l'hebdomadaire d'extrême droite "Minute"à paraître mercredi 12 juin.

"A ce que je sache, le Font National n'est pas interdit par la République", y affirme Nadine Morano.



L'une des dernières personnalités de l'UMP ayant accordé un entretien à l'hebdomadaire était Gérard Longuet, alors ministre de la Défense.

"Il y a une différence notable entre Marine Le Pen et son père", y expliquait Longuet, qualifiant la fille de Jean-Marie Le Pen " d'interlocuteur qui [...] n’est pas disqualifié."

  1. 1

    "J’appelle tous les électeurs, dont ceux du FN"

    Sur minute-hebdo.fr

    J’appelle tous les électeurs – dont ceux du FN – à se reporter sur ma candidature et sans état d’âme, car il en va de l’avenir de la France.

    Nadine Morano recevra mercredi la visite de soutien de François Fillon et  développe dans les colonnes de Minute, les "convergences de point de vue" entre l'UMP et le FN : l'opposition au droite de vote des étrangers,  la "maitrise" de l'immigration ou encore "le renforcement des accords de Schengen". Même si, "évidemment, il y a de nombreux points de désaccord avec le Front national".

    En ballottage défavorable dans la cinquième circonscription de Meurthe-et-Moselle, Nadine Morano a grand besoin des 7.559 électeurs qui ont voté pour le Front National au premier tour afin d'espérer battre le candidat socialiste, Dominique Potier. Elle le reconnait sans ambages dans Minute :

    Vous constaterez que le cas tout à fait exceptionnel de ma circonscription est révélateur : le candidat FN, parachuté, totalement inconnu, et malheureusement décédé avant le premier tour, a réuni près de 17 % des voix.Cela démontre non pas l’adhésion à un candidat, mais bien aux thématiques [du Front National]

    L'ancienne ministre de l'Apprentissage agite un épouvantail à deux reprises, celui des "Verts qui prônent la légalisation du cannabis", et conclut : 

    Pour moi, les électeurs du Front national n’ont pas à être rejetés de la République.

    Un appel aux électeurs frontistes qu'elle avait déjà très clairement formulé à plusieurs reprises : 

Du rab sur le Lab

PlusPlus