Nicolas Sarkozy va inscrire la suppression du non-cumul des mandats dans le projet de LR pour la présidentielle 2017

Publié à 18h19, le 17 juin 2016 , Modifié à 12h24, le 18 juin 2016

Nicolas Sarkozy va inscrire la suppression du non-cumul des mandats dans le projet de LR pour la présidentielle 2017
Nicolas Sarkozy © AFP

BACK TO 2012 – Où l'on reparle du non-cumul des mandats. Et pas en bien. La loi votée en janvier 2014 par le gouvernement de Jean-Marc Ayrault doit entrer en vigueur en 2017, à la fin de l'actuelle législature. Mais la droite ne l'entend pas de cette oreille et si elle revient au pouvoir à la faveur de la présidentielle, elle compte bien sucrer cette disposition.

Selon RTL, ce vendredi 17 juin, Nicolas Sarkozy s'apprête en effet à annoncer mercredi 22 juin le retour au cumul des mandats dans le projet de Les Républicains pour 2017. Une nouvelle qui intervient alors que les candidats à la primaire de la droite sont à la recherche de parrainages.

Le 22 juin doit avoir lieu une matinée de travail du parti Les Républicains consacrée aux institutions. Au Lab, le très fidèle ami et conseiller de Nicolas Sarkozy Brice Hortefeux confirme que cette idée sera bien inscrite dans le programme. Il précise : "Nous proposerons un cumul des mandats limité : un national et un local." Et le même d'ajouter :

 

"

À titre personnel, je pense qu'il devrait être obligatoire pour chaque parlementaire d'exercer un mandat local pour que les élus soient confrontés aux réalités du terrain et à la gestion du quotidien. 

"

La suppression du non cumul des mandats est une ritournelle maintes fois entendue depuis le retour aux affaires de Nicolas Sarkozy. Dès septembre 2015, le président de LR avait préparé le terrain lors des journées parlementaires de LR à Reims, expliquant son opposition au non-cumul des mandats et soulignant que "jamais de la vie" il n'avait défendu "le mandat unique". En décembre, France Info affirmait même qu'un texte pour la suppression de la loi sur le non-cumul était en préparation, sous le contrôle de Gérard Larcher.

Une information que ce dernier avait eu un mal fou à démentir, sur Europe 1. "Je sais pas d'où cette info sort [rires]. Je vais vous dire : on a d'autres urgences, même si personnellement, je pense qu'il est utile au pays d'avoir des parlementaires qui puissent exercer une - j'ai pas dit deux, j'ai pas dit trois ! - fonction exécutive pour être en lien avec le pays. Un des enseignements des élections régionales, c'est la proximité. Il faut que les parlementaires soient en proximité", avait déclaré le président du Sénat. 

[Edit 18/06 : ajout précisions Hortefeux]

À LIRE AUSSI SUR LE LAB :

> Le subterfuge d’une élue sur la liste d’Estrosi pour continuer à être partout sans cumuler

> Non-cumul des mandats : entre première lecture et adoption définitive, quels députés ont changé d’avis ?

> Finalement, Xavier Bertrand ne lâche pas tous ses mandats pour se concentrer sur la région

 

À LIRE AUSSI SUR EUROPE1.FR :

> Cumul des mandats , le double discours du FN

> Cumul des mandats : "la loi est absurde" selon Christian Jacob

Du rab sur le Lab

PlusPlus