Petite épidémie de sexisme primaire à l'Assemblée pour la venue de Pamela Anderson

Publié à 17h29, le 19 janvier 2016 , Modifié à 11h57, le 20 janvier 2016

Petite épidémie de sexisme primaire à l'Assemblée pour la venue de Pamela Anderson
Nous devant les commentaires sexistes de politiques sur la venue de Pamela Anderson à l'Assemblée © Giphy
Image Etienne Baldit


LOURD - Dans un premier temps, on a bien cru que tout ce petit monde allait se tenir. Et puis en fait, non. Évidemment. En politique comme ailleurs, il en faut souvent peu pour que les commentaires machistes et autres réflexions sexistes fusent. Et cela n'a pas manqué pour la venue à l'Assemblée nationale, ce mardi 19 janvier, de Pamela Anderson.

Jeudi 14 janvier, on apprenait que l'actrice américaine serait au Palais Bourbon, en soutien à une proposition de loi de la députée EELV Laurence Abeille visant à interdire le gavage des oies et des canards. Et ce mardi, c'est en quelque sorte open bar sur la lourdinguerie.

Au moins trois exemples de commentaires de députés estampillés #SexisteEtRéducteur ont retenu notre attention : ceux des élus LR Patrick Ollier ("[Pamela Anderson] n'y connaît rien. Pas de silicone dans le foie gras. Qu'elle continue à courir. Ça nous rappellera des souvenirs") et Philippe Gosselin ("Elle a des arguments que d'autres n'ont pas. C'est certain. Ça serait pas la même chose avec Marceline Dupont") et celui, dans un style moins frontal, d'Hugues Fourage, porte-parole du groupe PS ("ça nous gave et ça nous gonfle").









Lui n'est pas député mais a réagi sur la même tonalité. Frédéric Nihous, élu conseiller régional en Nord-Pas-de-Calais-Picardie sur la liste de Xavier Bertrand, y est lui aussi allé de son petit tweet :





Voilà.

Le matin même, avant tout ça, Laurence Abeille fustigeait déjà, dans les colonnes du Parisien, les commentaires sexistes qui se multipliaient sur les réseaux sociaux. Et au sujet de ses collègues politiques, qui ne s'étaient pas encore distingués, elle était aux aguets : "On verra s'il y a des remarques", disait-elle.

Ça n'a donc pas manqué, ce que l'élue écolo a donc dénoncé sur BFMTV dans l'après-midi :

J'entends bien les réactions, j'ai aussi entendu beaucoup de réactions sexistes et machistes sur la venue de Pamela Anderson. Moi je suis très heureuse qu'elle vienne, je pense que c'est important pour la lutte que nous avons en commun sur la question de la condition animale.

[...] C'est une femme libre, elle est engagée sur la cause végétarienne dans la lutte contre la souffrance animale depuis très longtemps. Donc pourquoi est-ce que son physique viendrait déranger son discours politique qu'elle vient nous apporter aujourd'hui ? Moi je trouve très dommageable qu'on ait encore aujourd'hui dans cette enceinte de l'Assemblée - c'est pas la première fois - des propos particulièrement sexistes. Moi ça me choque.

Pamela Anderson est de longue date engagée pour la cause animale, notamment via la fondation de Brigitte Bardot ou encore l'association Peta.

Mais le débat sur le sujet du gavage dépasse ce simple *cadre* macho, de nombreux élus s'inquiétant de l'impact éventuel de la proposition de loi de Laurence Abeille, alors que le secteur qu'elle vise est en grandes difficultés. Durant la séance de questions au gouvernement, ce mardi, pas moins de trois #QAG étaient consacrées à ce dossier. L'occasion pour le ministre de l'Agriculture, Stéphane Le Foll, de rappeler que "la France est aux côtés" de la filière foie gras.

Du rab sur le Lab

PlusPlus