Philippe Pemezec, ce nouveau membre du Bureau politique de LR qui a voté Le Pen en 2002 face à Chirac

Publié à 09h55, le 29 janvier 2018 , Modifié à 21h07, le 30 janvier 2018

Philippe Pemezec, ce nouveau membre du Bureau politique de LR qui a voté Le Pen en 2002 face à Chirac
© Capture Twitter
Image Sylvain Chazot


Cela ne vous aura sans doute pas échappé : Les Républicains ont un nouveau Bureau politique, un Bureau politique qui ne plaît pas du tout à Florence Portelli et Maël de Calan, les deux anciens adversaires de Laurent Wauquiez pour la présidence de LR reprochant un manque de diversité politique au sein des grandes instances du parti. Il y a pourtant un mouvement représenté au sein de ce BP : celui de ceux qui, à droite, n'hésitent pas à franchir le Rubicon et à se rapprocher du FN. Tout ça grâce à Philippe Pemezec.

Nouveau membre du BP de LR, le sénateur des Hauts-de-Seine, ancien maire du Plessis-Robinson, avait en effet avoué avoir voté pour Jean-Marie Le Pen face à Jacques Chirac, au second tour de l'élection présidentielle de 2002. Comme le relevait Le Parisien, Claire Checcaglini rapportait dans son livre Bienvenue auFront national - Journal d'une infiltrée les propos de Philippe Pemezec, prononcés selon ses dires en décembre 2012 :

Moi, je me suis jamais trompé d’ennemi, je suis de droite et j’ai même voté Jean-Marie Le Pen en 2002 contre Jacques Chirac.

Au Lab, Philippe Pemezec dément ses informations. Dans un communiqué envoyé au Lab, il écrit : 



Jusqu’à preuve du contraire, le vote est en France à bulletin secret et personne ne peut préjuger de mon vote à la présidentielle de 2002. La seule chose avérée est que j’ai toujours été membre de la droite républicaine, et j’ai toujours apporté mon parrainage d’élu au candidat de mon camp, notamment Jacques Chirac en 2002.


Toujours cité par Claire Checcaglini, Philippe Pemezec tenait des propos ouvertement racistes, notamment concernant la politique de logement dans sa commune du 92. "Je peux vous dire qu’au Plessis il n’y a pas beaucoup d’Arabes. Je fais très gaffe", disait-il. Faux, rétorquait-il sur son blog. "Ces pratiques consistant à piéger tel ou tel sous une fausse identité, avec l’objectif de recueillir de soi-disant propos qui pourraient faire vendre, sont méprisables", écrivait-il à l'époque.



[EDIT 30/01] Ajout communiqué de Philippe Pemezec

Du rab sur le Lab

PlusPlus