Polémique Finkielkraut : Dominique Bussereau reconnaît qu’il n’a "pas vu en effet le peuple de Seine-Saint Denis" lors de l’hommage à Johnny Hallyday

Publié à 09h55, le 11 décembre 2017 , Modifié à 16h16, le 11 décembre 2017

Polémique Finkielkraut : Dominique Bussereau reconnaît qu’il n’a "pas vu en effet le peuple de Seine-Saint Denis" lors de l’hommage à Johnny Hallyday
© LUDOVIC MARIN / AFP
Image Aurélie Marcireau


Comme une grande partie de la population, Dominique Bussereau a été ému, touché par l’hommage rendu à Johnny Hallyday samedi 9 décembre. Ami de Jean-Pierre Raffarin et Alain Juppé, il a relayé leurs messages. Une polémique est venue entacher ce week-end d’hommage. Elle est signée Alain Finkielkraut. Sur RCJ dimanche 10 décembre, le philosophe a déclaré :

Le petit peuple blanc est descendu dans la rue pour dire adieu à Johnny. Il était nombreux et seul. Les non-souchiens brillaient par leur absence.

Une déclaration qui a provoqué de multiples réactions sur les réseaux sociaux.



Interrogé sur Sud radio, ce 11 décembre, sur cette phrase, Dominique Bussereau, élu LR, commence par dire :

J’aime pas beaucoup cette expression. Ça sent l’analyse de l’Amérique des années 60.

Le journaliste le relance : "Est-ce que la France dans sa diversité était là ?" Le président LR des départements de France délivre alors une *drôle* d’explication :

Moi, je vous avoue, je n’ai pas regardé les images en direct. Je n’ai pas regardé les images en direct mais c’est vrai, pour vous répondre, car vous avez l’air de vous fâcher contre moi, vous avez l’air méchant, que j’ai pas vu en effet le peuple de Seine-Saint-Denis mais peut-être qu’il était là partiellement. C’était une certaine France qui était là.

On notera que l’on ne sait pas trop bien ce qu’est "le peuple de Seine-Saint-Denis" évoqué par l’élu charentais.  





[BONUS TRACK] Noël porte conseil

Dominique Bussereau n’est pas emballé, loin de là, par la victoire de Laurent Wauquiez à la tête de LR, dimanche. Il a fixé les mêmes lignes rouges qu’Alain Juppé : l’engagement pro-européen, pas de flirt avec Sens commun et surtout pas d’alliance avec le FN. Selon le patron des départements de France, la campagne de Laurent Wauquiez n’est pas rassurante. Il assure :

Quand j’observe la tonalité de la campagne de Laurent Wauquiez, il est clair que ces conditions n’ont pas été respectées pendant sa campagne.

Il ajoute :

Je ne me range pas derrière Laurent  Wauquiez. Je suis un être libre, je suis président d’un département. Et je ne fais plus de politique partisane. Je ne sais pas si je vais rester chez Les Républicains. 

Il se donne donc un petit délai :

Je vais voir après la période des fêtes de Noël qui est propice à la réflexion, au pied du sapin, je vais voir. 


[EDIT 15H45]

Le "peuple de Seine-Saint-Denis" pas présent pour rendre hommage à Johnny ? Une "polémique ridicule", selon Dominique Bussereau, à l'origine de la polémique, donc. Via Twitter, le président de la Charente-Maritime est revenu sur les réactions qu'ont suscité ses propos. Et c'est la faute au journaliste, évidemment.

Dominique Bussereau écrit :

Polémique ridicule : toute la France était présente lors de l’hommage à Johnny Halliday, de Seine-Saint-Denis comme d’ailleurs. J’ai essayé de le dire malgré le questionnement désagréable d’un intervieweur de Sud Radio et les assertions de Finkelkraut

#

Du rab sur le Lab

PlusPlus