Pour Gilbert Collard, il est très difficile d'être mère et députée si on aime vraiment ses enfants

Publié à 19h10, le 10 mai 2017 , Modifié à 11h18, le 12 mai 2017

Pour Gilbert Collard, il est très difficile d'être mère et députée si on aime vraiment ses enfants
Gilbert Collard © BORIS HORVAT / AFP

François Fillon avait déjà bien fait comprendre qu'il n'était pas possible d'être ministre et enceinte - voire plus simplement de suivre l'actualité. Gilbert Collard va un peu plus loin. Pour l'élu du Gard, il est également très difficile d'être députée et mère. Il l'a expliqué le plus tranquillement du monde, ce mercredi 10 mai, sur franceinfo:.

Il était évidemment question de la décision de Marion Maréchal-Le Pen de ne pas se représenter aux législatives de 2017 et de quitter la présidence du groupe FN à la région Provence-Alpes-Côte d'Azur. "Une "désertion", selon les mots de Jean-Marie Le Pen. Comme l'ensemble du FN, Gilbert Collard n'est pas de cet avis. Voici l'échange :

"

- Gilbert Collard : Ça n’est nullement une désertion. Moi, j’ai vécu pendant cinq ans aux côtés de Marion. Je l’ai vue dans ses difficultés avec sa fille. J’ai même été obligé une fois de monter à la tribune à sa place parce qu’elle avait reçu un coup de fil lui disant que sa fille était malade et qu’il fallait qu’elle parte d’urgence. Je l’ai vue arriver certains matins en n’ayant pas dormi parce que la petite a vécu une rage de dents. J’ai donc moi réellement vécu les problèmes de maman qu’elle avait avec sa fille.



- Journaliste : Et ça n’est pas compatible avec une vie politique ?



- Gilbert Collard : Ben tout dépend de l’intensité d’amour qu’on a pour ses enfants.

"

On remarquera qu'il y a encore quelques jours, Gibert Collard avait beaucoup moins d'inquiétude quant à la possibilité d'être mère et présidente de la République, Marine Le Pen ayant largement mise en avant durant sa campagne présidentielle qu'elle était la mère de trois enfants et, qu'à ce titre, elle pouvait mieux comprendre les femmes que ses adversaires.

On comprend quelle est la tactique ici employée : faire du retrait de Marion Maréchal-Le Pen de la vie politique un fait personnel. Le député du Gard n'est d'ailleurs pas le seul, au FN, à vouloir ainsi minimiser le choix de sa collègue du Vaucluse. Nicolas Bay, en charge de la campagne des législatives, a ainsi demandé aux "cadres et élus du Front national" de "dissiper les interprétations erronées" quant à une dimension politique et non "avant tout personnelle" du retrait temporaire de Marion Maréchal-Le Pen, a avancé l'AFP.



[EDIT 12/05]

Sur franceinfo: ce vendredi 12 mai, Valérie Pécresse a fustigé les propos de Gilbert Collard :

 

"

Je suis désolée, quand j'entends ça venant du Front national, et puis on voit bien derrière ce qu'il y a puisque c'est Marie Sara qui arrive dans sa circonscription [sous l'étiquette En Marche !, ndlr], qui elle-même a des enfants, qui elle-même est veuve... Enfin, vraiment, ce genre de discours totalement sexiste, c'est abominable. Oui, on peut aimer ses enfants et être députée, être élue, oui on peut aimer ses enfants et avoir un travail, oui les femmes peuvent avoir des enfants, les aimer ET travailler dans la société du XXIe siècle.

"

#

Du rab sur le Lab

PlusPlus