Quand Jean-Luc Mélenchon votait (par erreur) pour les farines animales

Publié à 17h19, le 17 février 2013 , Modifié à 17h47, le 17 février 2013

Quand Jean-Luc Mélenchon votait (par erreur) pour les farines animales
Le Parlement européen en 2005. (MaxPPP)
Image Le Lab

Par Corentin Dautreppe pour

OUPS - Une erreur qui fait désordre... Le 15 février dernier, le journaliste de Libération spécialiste des questions européennes Jean Quatremer affirme sur Twitter que Jean-Luc Mélenchon a voté, en juillet 2011, en faveur du texte autorisant le retour des farines animales pour les poissons.

Le saviez-vous? @jlmelenchon a voté en faveur des farines animales au Parlement Européen avec les communistes#aïe

— Jean Quatremer (@quatremer) 15 février 2013

Après le vote du Parlement, qui a eu lieu en juillet 2011, le projet n'a finalement été officiellement adopté par l'Union européenne que le 15 février dernier, grâce au feu vert de la Commission européenne. Les farines animales pourront ainsi être utilisées pour nourrir le poisson d'élevage, dès le 1er juin 2013.

Une décision qui a surpris la ministre de l'Ecologie et qui "tombe mal", de l'aveu même du ministre en charge de l'Agroalimentaire Guillaume Garot, en plein scandale de la viande de cheval.

Dimanche 17 février, la ministre de l'Ecologie Delphine Batho a rectifié le tir en demandant la mise en place d'un "label sans farine animale". Ces dernières, tenues pour responsables de la crise de la vache folle ont particulièrement mauvaise presse en Europe.

>> Une "erreur" de Jean-Luc Mélenchon

Mais pourquoi Jean-Luc Mélenchon, qui, en décembre dernier,  cherchait à verdir son image, s'est-il engagé en leur faveur ? Par erreur.

Plusieurs lieutenants de Jean-Luc Mélenchon sont rapidement venus corriger Jean Quatremer, pas toujours aimablement :

@melody_hain @quatremer @jlmelenchon En fait il a voté non, c'est une erreur matérielle qui a été rectifiée. Quatremer n'a pas verifié.

— Raquel Garrido (@RaquelGarridoPG) 15 février 2013

Aveuglé par sa haine anti @jlmelenchon, le journaliste militant social libéral @quatremer roule ses lecteurs dans la farine... animale !

— Corbiere Alexis (@alexiscorbiere) 16 février 2013

Diffamation l'air de rien RT ‏"@quatremer Le saviez-vous ? @jlmelenchon a voté en faveur des farines animales au Parlement Européen"#flag

— Clément Sénéchal (@ClemSenechal) 16 février 2013

Effectivement, Jean-Luc Mélenchon a rapidement rectifié son vote, comme le montre le Procès-verbal du Parlement européen (page 19, où sont répertoriées les personnes ayant changé leur vote concernant le paragraphe 7.1, qui concerne les farines animales).

>> Erreurs en série chez les députés français

Et Jean-Luc Mélenchon n'est pas le seul. Les députés français sont nombreux à s'être trompés de vote, par rapport à leurs homologues étrangers. Hormis Vicky Ford, députée britannique, les seuls à avoir corrigé leurs votes sont des Français, selon le site Vote Watch.

Ils sont six à avoir changé leur "Pour" en "Contre" : la socialiste Pervenche Berès, le communiste Elie Hoarau, les Front de Gauche Jean-Luc Mélenchon et Jacky Hénin, l'UMP Brice Hortefeux et l'écologiste Corinne Lepage.

Maladresse, inattention ? Le site Vote Watch indique dans son tableau si les députés se sont rangés ou non à l'avis de la coalition européenne à laquelle ils appartiennent : "Loyal", "Rebelle", "Indépendant"... Et exceptée Corinne Lepage, les députés mentionnés ci-dessus ont d'abord suivi l'avis de leur formation européenne, avant de se raviser.

Il est donc possible de penser qu'ils ont suivi le mouvement de leur formation, avant de se rendre compte de l'objet de leur vote.

>> Harlem Désir, seul député PS français à voter "pour" les farines animales

Lors de ce vote de juillet 2011, Harlem Désir a suivi l'avis de la coalition socialiste européenne et voté pour. Il est le seul député français, avec Joseph Daul (UMP), à s'être prononcé en faveur des farines animales, selon ce PV d'assemblée.

Les autres socialistes ont voté comme suit : 11 contre les farines, 1 n'a pas voté, 1 a corrigé son vote.

Du rab sur le Lab

PlusPlus