Le multiplex politique du dimanche 17 février

Publié à 18h03, le 17 février 2013 , Modifié à 18h03, le 17 février 2013

Le multiplex politique du dimanche 17 février
(montage via Maxppp)

MULTIPLEX POLITIQUE - Au programme des interviews dominicales du 17 février, Vincent Peillon sur France 5, Bruno Le Maire sur BFMTV, Marine Le Pen sur France Inter, Stéphane Le Foll sur RTL, Jean-Pierre Raffarin sur RFI et Daniel Cohn-Bendit au JT de France 2.

Le Lab se plie en quatre pour suivre ces différentes interviews et vous en propose des morceaux choisis au fur et à mesure de la soirée.

  1. Les interviews du dimanche

    >> Vincent Peillon dans C politique sur France 5

    (images France 5)

    #Point ambition

    Arnaud Montebourg pense à la présidentielle "en se brossant les dents", Manuel Valls affirme qu'il a des "ambitions" ... Et Vincent Peillon ? Le ministre de l'Education se veut beaucoup plus discret, il répond :

    On est très différent, je n'ai pas été candidat à la primaire. A chaque fois on m'annonce ... Moi non. J'ai une difficulté avec la visibilité, avec le fait de dire "je".

    François Hollande l'a eu aussi pendant très longtemps.

    L'ambition est une ambition d'agir, d'entrainer.

    #Point légitimité

    Venu parler de sa réforme des rythmes scolaires, Vincent Peillon est interpellé dans une vidéo par Corinne Tapiero, vice-présidente de la PEEP à Paris, deuxième association de parents d'élèves après la FCPE. Corinne Tapiero très présente dans les médias pour mettre en garde contre les conséquences de cette réforme, notamment dans l'organisation de la vie familiale et professionnelle.

    Seulement Vincent Peillon estime que Corinne Tapiero ne "représente" pas vraiment la PEEP. Le ministre souligne son engagement politique à l'UMP et rappelle que, jusque-là, la droite était favorable à la journée de cinq heures :

    Tout cela relève d’une consultation nationale, menée par mon prédécesseur, et qui a eu l’unanimité de la classe politique. La journée de cinq heures, neuf demi-journées, deux semaines l’été en moins ... et le soutien d’ailleurs de la PEEP !

    La PEEP quand elle est vraiment représentée, ce serait Valérie Marty [la présidente de l'association, ndlr].

    Cette dame est engagée politiquement, elle pose d’ailleurs parfois problème à sa propre formation, je ne sais pas pourquoi on la voit tout le temps.

    La principale association de parents est la FCPE, elle se bat pour que cette réforme aboutisse et 60% des parents veulent qu’on ait des temps scolaires qui ressemblent aux autres pays. La gauche et la droite ont dit oui.

    Corinne Tapiero est conseillère UMP du 12e arrondissement de Paris et a failli se présenter aux élections législatives de juin 2012. Elle n'a pas obtenu l'investiture de son parti.

    #Point rythmes scolaires

    Travailler le mercredi matin c'est bien, mais il y a encore mieux. Interrogé en fin d'émission sur la préconisation de l'académie de médecine de faire travailler les enfants d'école primaire le samedi matin, Vincent Peillon renchérit : "l'idéal serait le mercredi et le samedi matin". Tout en diminuant par ailleurs le nombre d'heures de cours les autres jours. Il l'explique ainsi :

    C’est vrai que ça permet de dire quelque chose que les gens ne savent pas : on pense qu’il est bon pour un enfant qu’il y ait une coupure, c’est le contraire et c’est pour ça que l’académie de médecine dit le samedi matin.

    La coupure de deux jours c’est trop long, ils ne reviennent pas plus reposés.

    L’idéal, ça existe dans des pays autour de nous, ce serait le mercredi et le samedi. Mais là on va se dire : "il fait de la provocation" !

    >> Marine Le Pen dans Tous Politique sur France Inter

    (images France Inter)

    #Point Mariage pour tous

    Interrogée sur les deux pères qui sont montés sur deux grues à Nantes le 16 février pour revendiquer leur droit de visite, Marine Le Pen a invoqué la priorité du droit de l'enfant ... et en a profité pour enchainer sur le thème de l'adoption pour les couples homosexuels. Comme beaucoup de membres de l'UMP pendant les débats, la présidente du Front national invoqué un "principe de précaution" :

    Il y a des études très contradictoires sur ce sujet [la conséquence d’une adoption par des couples homosexuels, ndlr], il faut mettre en œuvre le principe de précaution.

    On l’applique en toute circonstance et on ne l’appliquerait pas dans l’intérêt de l’enfant ?

    Et puis un principe de bon sens : lorsqu’on a des enfants qui commencent leur existence en n’ayant pas de parent, c’est leur rajouter une charge supplémentaire que de ne pas les mettre dans une structure familiale classique.

    Plus tard dans l'interview, Marine Le Pen a assuré que, si le FN gagnait en 2017, elle "abrogerait" la loi ouvrant le mariage et l'adoption aux couples homosexuels. La présidente du FN compte supprimer cette possibilité pour les nouveaux aspirants ... mais ne pas "démarier" les couples qui en auraient déjà profité.

    Créant ainsi deux situations en France : les couples gays mariés et les couples gays n'ayant plus le droit de se marier. Chose que Marine Le Pen estime faisable, comme pour toute autre loi :

    - Vous l’abrogez si vous arrivez au pouvoir ?

    - Oui, à la différence de l’UMP, oui ! Eux, ils s’agitent beaucoup, déposent beaucoup d’amendements mais ils ne reviendront pas là-dessus.

    Je l’abrogerai tout en améliorant le pacs, et améliorer les conditions de transmission du patrimoine. Elle est là la revendication des homosexuels. (...)

    On ne va pas les démarier mais il n’y en aura pas d’autre.

    Vous savez la loi, quand elle change, elle change les situations …

    Notons qu'en novembre, Valérie Pécresse voulait elle-aussi revenir sur le mariage pour les couples gays mais comptait "transférer leurs droits sur un statut d'union civile". Donc, les démarier.

    #Point municipales 2014

    Marine Le Pen candidate aux municipales ? "Pas tête de liste", répond la présidente du FN, mais très certainement derrière Steeve Briois à Hénin-Beaumont :

    C'est Steeve Briois qui a toujours été et sera encore tête de liste à Hénin-Beaumont et je lui apporterai toute l’aide nécessaire. Probablement sur sa liste.

    Marine Le Pen, eurodéputée et conseillère régionale du Nord-Pas-de-Calais, a été conseillère municipale à Hénin-Beaumont jusqu'en 2011. Elle a échoué dans cette circonscription lors des élections legislatives de juin 2012.

    La présidente du Front national s'est également redit favorable à des accords locaux en vue des municipales avec "des candidats UMP, mais aussi divers droite et pourquoi pas divers gauche" lorsqu'il y a des points de gestion semblables :

    Un accord sur un refus d’une augmentation de la fiscalité, sur des mesures à mettre en œuvre pour la sécurité, refus du subventionnement d’associations communautaristes …

    #Point anti-syndicat

    Le 19 janvier, Marine Le Pen a annoncé le lancement d'une pétition contre l'accord sur la sécurisation de l'emploi trouvé entre certains partenaires sociaux et bientôt transposé sous forme de projet de loi par le gouvernement. Deux syndicats non-signataires, la CGT et FO, ont cependant appelé à manifester contre cet accord. Marine Le Pen les soutient-elle ? Pas du tout.

    Je ne manifeste pas aux côtés des complices !

    Les syndicats, depuis des années, ont refusé de s’opposer au libre-échange ... Or c’est le libre-échange qui est à l’origine de la concurrence internationale. Je n’ai jamais entendu la CGT réclamer un protectionnisme aux frontières !

    Ils sont complices de la désindustrialisation, des délocalisations et de la déflation salariale puisqu’ils sont également des promoteurs de l’immigration.

    >> Stéphane Le Foll dans Le Grand jury sur RTL

    (image LCI)

    #Point Spanghero

    Après une enquête sanitaire au sein de l'entreprise Spanghero tout ce week-end, le ministre de l'Agriculture et de l'Agroalimentaire assure qu'il aura un rapport "dès lundi" et décidera alors si la suspension de l'agrément de la société, accusée d'être au centre du scandale de la viande de cheval, est maintenue.

    #Point droit de réponse

    Le 11 février, alors que le scandale des lasagnes au boeuf démarre, Stéphane Le Foll concède sur RTL qu'il "découvre la complexité des circuits et de ce système de jeux de trading entre grossistes à l'échelle européenne" et parle de "brouillard épais". On l'accuse alors de ne pas connaitre la situation.

    "Vous êtes en train de changer ce que j'ai dit !", se défend Stéphane Le Foll ce dimanche avant de donner son explication. En substance : il n'était pas au courant de ce circuit particulier mais connait le fonctionnement du marché en général.

    Quand on a fait cette enquête en 48h, pour déterminer quels étaient les circuits, évidemment je n’ai jamais été saisi ni de cette complexité, ni de savoir que pour un certain nombre de plats cuisinés de cette entreprise, on était passé par une industrie au Luxembourg, par une entreprise à Castelnaudary, qu’on avait une viande des Pays-Bas et achetée en Roumanie.

    J’aurais dit que je savais, vous m’auriez dit : "Pourquoi n’avez-vous rien fait avant ?"

    Bien sur que je ne savais pas la complexité mais ce n’est pas pour autant que je ne sais pas comment fonctionnent les marchés ou que je ne sais pas comment fonctionnent des produits transformés. (...)

    Jean-Michel Apathie m’a demandé : "Est-ce que vous étiez au courant de ce qu’était ce circuit ?". Je n’étais pas au courant de ce circuit par définition.

    Rappelons l'intitulé exact de la question de Jean-Michel Aphatie : "Vous découvrez la complexité des circuits à l’occasion de cette affaire ?"

    #Point éléphantes

    Les deux éléphantes tuberculeuses Baby et Nepal du zoo de Lyon obtiennent un sursis. Celles qui devaient être euthanasiées avant l'intervention de plusieurs personnalités, et notamment Brigitte Bardot, subissent toujours des examens, sous la direction du cabinet de Stéphane Le Foll.Son équipe a même reçu ... Stéphanie de Monaco, engagée pour les pachydermes.

    La mission est conduite, on a reçu en début de semaine Stéphanie de Monaco pour voir les éléments sur lesquels se mettre d’accord.

    J’ai accepté de nouveaux tests pour déterminer si Baby et Nepal sont porteuses. C’est un sursis. Ensuite la discussion continuera.

    >> Daniel Cohn-Bendit au JT de France 2

    <img src="http://i.imgur.com/u5mQbEM.jpg" alt="" width="450" />

    (images France 2)

    #Point Sarkozy

    Le retour de Nicolas Sarkozy, Daniel Cohn-Bendit n'en a "rien à cirer". Mais il a tout de même un petit conseil à lui donner : s'il veut gagner, il doit changer de discours sur le mariage pour tous.

    S’il a envie de revenir il faut qu’il dise à ses copains d’arrêter avec leurs bêtises sur le mariage élargi et tout ça. Il aurait dû être moderne !

    Carla Bruni dit qu’elle est pour et je suis sûr que lui c’est le cadet de ses soucis.

    Si son copain Frédéric Mitterrand s’était ramené pour lui dire : "Nicolas j’ai envie de me marier". Sarkozy lui aurait dit : "Non, tu vas détruire toutes les familles de France !" ? Non, bien sûr que non !

    Tant qu’il ne se modernise pas, de toutes façons il ne sera pas élu.

    #Point Depardieu

    Il avait déjà qualifié Gérard Depardieu (et Brigitte Bardot) de "crétins finis" pour avoir envie de partir en Russie, suspectant même l'acteur d'être "complètement malade et complètement plein d'alcool ou de stéroïdes" pour dire cela. L'eurodéputé persiste plus simplement ce dimanche :

    Ca m’est complètement égal l’argent qu’il gagne ou qu’il aille vivre en Belgique. Mais quand il dit qu’il est avec Poutine, qui est un des dictateurs les plus dures, et qu’il dit que l’opposition russe a tort, là je crois que Depardieu est complètement cinglé.

    >> Bruno Le Maire sur BFMTV

    (images BFMTV)

    #Point religion

    Le député de l'Eure, qui a failli être candidat à la primaire UMP, est venu parler de son dernier ouvrage Jours de pouvoir, chez Gallimard, un récit des deux dernières années de sarkozysme vues par son ministre. Dedans, des anecdotes, notamment sur les croyances du président.

    Sur BFMTV, il raconte donc un échange avec Nicolas Sarkozy, ce dernier racontant qu'il croit au pari de Pascal, soit le fait d'estimer que croire en Dieu est une solution statistiquement plus avantageuse  :

    Nicolas Sarkozy a eu des discussions assez approfondies avec Benoit XVI sur la foi et je relate dans ce livre une discussion sur la foi, Benoit XVI et le pari pascalien.

    Nicolas Sarkozy croit au pari pascalien et il me dit dans un avion : "Moi je crois au pari de Pascal, faire le choix de la foi est un choix raisonnable".

    #Point mariage gay

    Bruno Le Maire fait partie des députés UMP qui se sont abstenus lors du vote sur le mariage pour tous. Pourquoi ? Il s'en explique ainsi :

    Je vois les couples homosexuels en France qui n’ont pas les mêmes droits. L’un des deux conjoints meurt, il n’y a pas de pension de réversion. Vous avez des enfants élevés par des couples homosexuels, le père biologique meurt, celui qui s’est occupé du gamin pendant des années n’a pas de droit. Je ne trouve pas ça juste !

    Et donc je me suis abstenu pour rappeler que nous avions promis de faire le contrat d’union civile et le statut de beaux-parents qui étaient la bonne solution. Je me suis abstenu pour rappeler la droite à ses promesses et à ses obligations. (...)

    Mais c’est parce que ce projet de loi n’a pas été clair sur ces sujets [PMA et GPA, ndlr] qu’il n’était pas question de voter pour ce texte.

Du rab sur le Lab

PlusPlus