Révolté par ce qu'il considère comme un archarnement, Thévenoud évoque Vichy et les nazis

Publié à 09h27, le 02 juin 2015 , Modifié à 09h45, le 02 juin 2015

Révolté par ce qu'il considère comme un archarnement, Thévenoud évoque Vichy et les nazis
Thomas Thévenoud sur iTélé le 2 juin 2015. © images iTélé

Visé par une plainte de Bercy, Thomas Thévenoud a décidé de revenir sur la scène médiatique pour se défendre. Après une interview à Libération et à l'AFP, le député socialiste est interrogé ce 2 juin sur iTélé. A chaque fois, il se défend d'être un fraudeur à la Jérôme Cahuzac, répète qu'il a fauté mais s'interroge : n'a-t-il pas "suffisamment payé" ?

Sur iTélé ce mardi, Thomas Thévenoud regrette également que François Hollande ait, affirme-t-il, parlé "d'indignité nationale" à son égard. Révolté, il évoque le régime de Vichy puis les nazis. Il dit :

"

- Bruce Toussaint : Est-ce que vous avez envisagé de changer de vie ? De quitter la France ...



- Thomas Thévenoud : Oui l’exil, l’Amérique du Sud… C’est comme quand on a parlé d’indignité nationale. C’est le président de la République qui a parlé d’indignité nationale. Vous savez la dernière fois qu’on a parlé d’indignité nationale pour un parlementaire dans ce pays, c’était pour qualifier ceux qui avaient voté les pleins pouvoirs à Pétain.



Je peux partir en Amérique du Sud aussi, comme les anciens nazis !

"

Le député exagère les propos du président de la République qui, en septembre 2014, lors d'une conférence de presse, a estimé qu'il n'était "pas digne" de rester à l'Assemblée nationale. La peine d'indignité nationale a bien été évoquée dans le débat politique mais plus tard et à propos des terroristes.

Toujours est-il que l'ensemble de la classe politique, François Hollande compris, a largement condamné la "phobie administrative" de Thomas Thévenoud, qui demande à ce que cela cesse :

"

Vous considérez que je n’ai pas assez payé ? J’ai payé à tous les sens du terme. Financièrement, au centime d’euro près.  J’ai payé politiquement, j’ai été démissionné. J’ai payé humainement, ma femme a été virée, licenciée, du jour au lendemain, elle est au chômage (…). Je considère que ma famille a payé, mes filles, mes gamines, mes jumelles. Mes parents aussi, moi j’ai la chance d’avoir des parents jeunes, qui ont souffert, qui ont dégusté.



Est-ce que je n’ai pas assez payé ? Est-ce qu’il faut continuer à m’enfoncer et ajouter un pelleté de terre ? Peut-être ! Pour se donner bonne conscience ! Pour faire de moi un exemple !

"

 

La commission des infractions fiscales de Bercy a récemment porté plainte pour fraude fiscale contre le député, qui avait dû quitter le gouvernement en septembre 2014 après des révélations sur le non-paiement de ses impôts. Une procédure "normale" prise par une autorité "indépendante" selon l'Elysée, Matignon et le ministère des Finances. Thomas Thévenoud, lui, y voit une "orchestration politique".

 

> A lire sur Libération.fr et en intégralité dans le Libé du jour.

 

Du rab sur le Lab

PlusPlus