Selon François Fillon, c’est grâce à lui qu’il y a internet en France

Publié à 15h43, le 07 janvier 2017 , Modifié à 17h55, le 07 janvier 2017

Selon François Fillon, c’est grâce à lui qu’il y a internet en France
François Fillon avec un ordinateur en 2004. © JEAN AYISSI / AFP

Le saviez-vous ? Si on a Facebook, des mèmes, des vidéos de chats et des tweets-fails en France, c’est un peu grâce à François Fillon.

En décembre 2011, la France, déjà bien entrée dans l’ère des internets, découvrait que son Premier ministre François Fillon était présent discrétos sur Twitter (sous le pseudo de @fdebeauce) pour surveiller ses ministres-twittos (coucou Eric Besson). Car le candidat de la droite pour la prochaine présidentielle est l’un des gros geeks de la classe politique. Et de longue date.

Alors, pour ne pas laisser à Emmanuel Macron le créneau de la modernité technologique, ce bon geek de François Fillon a donc fait un petit tour par Las Vegas pour le CES, salon international de l’électronique. C’est là qu’interrogé par Quotidien, l’émission de TMC, le vainqueur de la primaire de la droite a expliqué que sans lui, il n’y aurait peut-être pas d’internet en France. Rien que ça.

Rappelant qu’il avait "toujours été passionné par la technologie" et qu’il avait toujours "le dernier smartphone sorti, le dernier ordinateur", le Steve Jobs de Les Républicains a lancé :

"

J’ai ouvert les télécommunications à la concurrence. Vous pensez qu’il y aurait de l’internet en France si on avait toujours France Télécom avec des fonctionnaires ?

"

A voir en vidéo :

Au-delà du propos un brin méprisant pour les fonctionnaires au passage, François Fillon s’attribue donc une grande responsabilité dans l’irruption des internets en France. Ce qui a bien fait rire Christophe Castaner, un proche d’Emmanuel Macron, qui n’a pas manqué de moquer l’ancien Premier ministre de Nicolas Sarkozy sur Twitter :

Manuel Valls lui-même a également trollé François Fillon sur Twitter :

Si la saillie de François Fillon paraît un tantinet exagérée, il n’empêche que le député LR de Paris a été l’un des premiers hommes politiques à se saisir des outils technologiques et d’internet. Dans une interview à Libé en 1997, il racontait, notamment, alors comment il avait initié Alain Juppé à l’ordinateur.

A LCI, le 6 janvier, François Fillon, qui raconte être passé sur Mac après avoir "pété les plombs après un crash" de son PC, assure que, lui Président, "il y aura un ordinateur sur le bureau" du chef de l’Etat à l’Elysée. A coup sûr un gage de modernité.

Du rab sur le Lab

PlusPlus