Un tweet d'un conseiller municipal UMP crée la polémique dans le Val de Marne

Publié à 14h53, le 26 mars 2015 , Modifié à 08h29, le 27 mars 2015

Un tweet d'un conseiller municipal UMP crée la polémique dans le Val de Marne
© Capture d'écran

Après Lionnel Luca et son lien entre la catastrophe aérienne de Germanwings et François Hollande, qui a causé un incident de séance à l'Assemblée Nationale, c'est au tour d'Arnaud Weber-Guillouet, conseiller municipal UMP du Kremlin-Bicêtre, de créer la polémique. Dans un tweet, supprimé depuis, il assimile le conseil général dirigé par la gauche à l'avion qui s'est écrasé dans les Alpes françaises et dont une des deux boîtes noires n'a pas été retrouvée. 

Voyez plutôt : 

Weber-Guillouet capture

Une nouvelle utilisation de la catastrophe qui a révolté le président PCF du département Christian Favier, interrogé par Le Parisien :

"

(C'est) ignoble et scandaleux. Au moment où notre pays vient de connaître un drame aérien horrible, […] où 150 familles sont endeuillées, se permettre une  telle comparaison relève d’une totale ignominie. 

"

Christian Favier a par ailleurs demandé à l'UMP de "désavouer cette personne". Arnaud Weber-Guillouet dirige actuellement l'opposition municipale au Kremlin-Bicêtre, après avoir échoué aux deux dernières élections municipales de 2008 et 2014 contre le candidat de la gauche Jean-Luc Laurent.

Un tweet qui intervient alors que le Val de Marne, dirigé par le Parti communiste depuis 1976, pourrait être remporté par la droite. Si un binôme UMP a déjà été élu dès le premier tour, la gauche est arrivée en tête dans 12 des 25 cantons du département.

Alors que la droite croit en ses chances, la gauche se mobilise : Manuel Valls est venu faire campagne le 25 mars à Fresnes, tandis que Jean-Christophe Cambadélis est attendu le 26 mars à Créteil.

[Edit 27 mars]

Suite à la médiatisation de son tweet, Arnaud Weber-Guillouet l'a supprimé et a publié des excuses, déclarant que "l'erreur est humaine, le pardon est divin". En latin dans le texte : 



Du rab sur le Lab

PlusPlus