Une députée LREM cherche un collaborateur parlementaire pour travailler "aux côtés de son conjoint, directeur de cabinet (bénévole)"

Publié à 08h08, le 18 juillet 2017 , Modifié à 09h29, le 18 juillet 2017

Une députée LREM cherche un collaborateur parlementaire pour travailler "aux côtés de son conjoint, directeur de cabinet (bénévole)"

#ASTUCE - Les députés LREM, portés par la victoire présidentielle d’Emmanuel Macron, ont fait campagne aux législatives sur un pilier principal : la moralisation de la vie publique. Un sujet porteur après l’affaire du Penelope Gate qui a empoisonné François Fillon. Et la moralisation fut le premier projet de loi présenté par le nouveau gouvernement, sous la houlette de l’éphémère ministre de la Justice François Bayrou. Un texte qui prévoit l’interdiction des emplois familiaux. Mais bénévoles, ça passe ?

Car, comme l’a relevé Brain-Magazine ce mardi 18 juillet, la députée LREM de la 8ème circonscription de Gironde Sophie Panonacle a publié une offre d’emploi sur le site de l’Apec pour recruter son assistant parlementaire en circonscription. Une annonce datée du 6 juillet et dont l’objet était passé inaperçu. Et, dès la description du poste, la députée macroniste précise sans se cacher que ce collaborateur travaillera aux côtés de son mari :

Sous l’autorité directe de la Députée et aux côtés de son conjoint, directeur de cabinet (bénévole), d’une assistante cheffe de cabinet, vous les assistez et les secondez.

Si le Sénat avait dans un premier temps reculer sur l’interdiction des emplois familiaux pour les parlementaires avant de revenir dessus, l’Assemblée nationale doit désormais se saisir du texte. Mais l’emploi bénévole de son conjoint sera-t-il accepté par la future loi de moralisation ? Et quelle position prendra cette députée ?

Brain-Magazine relève également, via un portrait de la députée réalisé par France Bleu Gironde, qu’avant l’élection d’Emmanuel Macron, "c’est son mari qui était candidat REM mais le couple a entendu le message du président de la République sur la nécessité de la parité à l’Assemblée". "C’est donc Sophie Panonacle qui a remplacé son mari comme candidat" pour ensuite le recaser comme "directeur de cabinet (bénévole)".

 

Du rab sur le Lab

PlusPlus