VIDÉO - Louis Aliot plaide pour des rapprochements locaux du FN avec la droite pour les municipales de 2020

Publié à 07h41, le 11 juillet 2017 , Modifié à 07h41, le 11 juillet 2017

VIDÉO - Louis Aliot plaide pour des rapprochements locaux du FN avec la droite pour les municipales de 2020
Louis Aliot. © Capture d'écran CNews.
Image Sébastien Tronche


Après le "grand remplacement", le "grand rapprochement" entre la droite - ou une partie - et l'extrême droite ? Avec la recomposition politique engendrée par l’irruption de La République en marche et la victoire présidentielle d’Emmanuel Macron, la question de la place du FN se pose aussi. Car l’échec au second tour de la présidentielle puis à former un groupe parlementaire à l’Assemblée tiraille tout autant le FN que ne l’est la droite. Et les entraîne à envisager de nouvelles alliances pour prospérer électoralement.

Face à ces pertes de repères, la tectonique des plaques politiques pourrait créer de nouvelles alliances. Dont le rapprochement d’une partie de la droite avec le parti de Marine Le Pen, vieux serpent de mer de la vie politique française. C’est ce que pense Louis Aliot, député FN et vice-président du parti d’extrême droite, qui plaide pour des rapprochements locaux avec la droite en vue des élections municipales de 2020. Invité de CNews lundi 10 juillet, le compagnon de Marine Le Pen a ainsi expliqué qu’il y avait des convergences idéologiques fortes entre son parti et une partie des élus locaux de droite :

A l’échelle locale, beaucoup d’élus municipaux, de maires, d’adjoints, sont disposés à discuter pour les échéances à venir parce qu’ils voient bien que nous ne sommes séparés par rien dans les idées sur le terrain, sur la sécurité, sur l’immigration, sur la baisse des impôts, sur le protectionnisme intelligent, sur le refus de la concurrence déloyale avec d’autres pays.

Ce qui est devenu, sur le compte Twitter officiel du FN, au cas où ce ne soit pas assez clair :



Nous nous retrouvons avec des élus de droite, sur la lutte contre l'immigration, la baisse des impôts.

Louis Aliot poursuit, annonçant clairement son ambition de nouer des alliances pour 2020, ce que le FN n’a pratiquement jamais réussi à concrétiser jusqu’ici :

Sur tout cela, ils sont d’accord alors pourquoi ne pas discuter, sur les municipales notamment, de contrats de gestion ou d’accords qui ne tiennent pas compte de ce que veulent les états-majors.

Une sortie à revoir en vidéo :



Régulièrement accusée par ses détracteurs de sa rapprocher du FN, l’aile droite de LR ne semble pas encore prête à franchir le Rubicon, à l’instar de Laurent Wauquiez ou Éric Ciotti qui assurent que jamais ils ne s’allieront avec le parti lepéniste. D’autres, à droite, commencent pourtant à l’envisager. C’est notamment le cas de Thierry Mariani qui, interrogé par Minute sur d’éventuelles ententes entre LR et FN, jugeait simplement que, pour l’instant, "c’est trop tôt". "Mais si un jour la droite veut revenir aux affaires, il est évident qu'il y a quelques barrières à casser, non pas en terme de partis mais en terme de personnes", ajoutait-il. Transparent.

Du rab sur le Lab

PlusPlus