VIDÉO - Manuel Valls s’attaque aux médias qui "représentent le système"

Publié à 07h35, le 14 décembre 2016 , Modifié à 07h41, le 14 décembre 2016

VIDÉO - Manuel Valls s’attaque aux médias qui "représentent le système"
Manuel Valls. © AFP

A ce rythme-là, l’élection présidentielle sera l’élection de celui qui se dit le plus anti-système de tous. Car être contre "le système", contre "les élites", est devenu à la mode et semble désormais être un système à part entière. Après Nicolas Sarkozy et François Fillon qui ont usé ce créneau jusqu’à la corde, après Marine Le Pen, qui fait campagne contre les élites, après Arnaud Montebourg ou Jean-Luc Mélenchon, un nouvel acteur de l'anti-système entre dans la danse. Et il s’agit du Premier ministre sortant de François Hollande, Manuel Valls, qui se veut le "candidat de la révolte" mais également celui de "la force tranquille".

Ainsi le candidat à la primaire de la Belle Alliance populaire s’est-il montré irrité, mardi 13 décembre au soir, contre des journalistes qui l'interrogeaient au terme d'une réunion de ses soutiens, les accusant d'être "enfermés dans le système" et d'incarner "ce dont les Français ne veulent plus". Après avoir évoqué pendant quelques minutes sa réunion à huis clos avec quelque 200 parlementaires, élus et proches, Manuel Valls s'est agacé à propos de deux questions : on lui demandait s'il n'était pas "le candidat du système" du fait du soutien de plusieurs ministres. Et l'autre question suggérant qu'il refuse l'étiquette de favori de la primaire parce qu'elle est "contre-productive".

Ainsi a-t-il répliqué, comme le relaye BFM TV :

"

Ça, ce sont vos questions, c'est vous qui êtes enfermés dans le système. C'est vous qui représentez le système, ce dont les Français ne veulent plus. C'est grâce à vous qu'on peut convaincre, mais c'est toujours le même questionnement. Plus vous êtes dans cela, plus les Français ne supportent plus le système. Et c’est pour cela que je vous aime. Moi je veux convaincre les électeurs.

"

A voir en vidéo :

"J'irai dans les débats avec la volonté de convaincre, avec des projets et des propositions : vous allez voir, ça va décoiffer", a-t-il promis, répétant ne pas être "le favori" mais "le challenger" de la primaire. "Vous êtes importants parce c'est grâce à vous qu'il y a aussi cette capacité à parler directement avec les Français, mais les Français attendent un débat sérieux", a ajouté Manuel Valls avant de s'éclipser.

Du rab sur le Lab

PlusPlus