VIDÉO - Pour répondre à Jean-Luc Mélenchon qui cite le philosophe Bachelard, Gérald Darmanin évoque...sa grand-mère

Publié à 17h46, le 21 décembre 2017 , Modifié à 17h46, le 21 décembre 2017

VIDÉO - Pour répondre à Jean-Luc Mélenchon qui cite le philosophe Bachelard, Gérald Darmanin évoque...sa grand-mère
Image Aurélie Marcireau


Les dernières séances se tiennent ce jeudi  21 décembre à l’Assemblée. Il s’agit de boucler le fameux "marathon budgétaire" de la fin d’année. En séance, Gérald Darmanin, ministre de l’Action et des Comptes publics défend donc le projet de loi de finances rectificatives 2017, le budget 2018 et la programmation des finances publiques 2018-2022. Sur ce dernier texte, de prospective, Jean-Luc Mélenchon est en séance pour défendre une motion de rejet. Il se dit d’accord avec le ministre : prévoir est difficile, mais il met en garde contre le "risque majeur d’explosion de la bulle financière". 

A l’appui de sa démonstration, un texte des Echos (journal qui ne "lui est pas spécialement particulièrement favorable"), citant un gouverneur de la Banque de France (qui n’a "pas non plus la réputation d’être un gauchiste") sur ces "politiques qui conduisent à une crise du système financier international". Il estime donc qu’il faut faire une conférence européenne de la dette pour établir un moratoire et  procéder à une relance écologique  et sociale. Il invoque également un rapport de l’OCDE, "organisme bolchevique bien connu", qui appelle à la relance. Et il termine donc ainsi en citant Gaston Bachelard : 

Je vous connais, je sais que vous êtes conscient que nous  sommes dans une impasse civilisationnelle. Ce modèle nous condamne tous à mort. (…) Pour terminer, on ne peut pas prévoir aussi longtemps qu’on croit que l’avenir est ce qui va arriver. Mais le philosophe nous apprend, Gaston Bachelard, que l’avenir n’est pas ce qui va arriver mais ce qu’on va faire. Il est possible de bien faire, monsieur Darmanin. Encore un effort.

Le ministre tient à répondre à Jean-Luc Mélenchon qui a, selon lui, le "mérite de porter le débat sur un plan qui n’est pas que comptable et statistique mais politique". Il dit :



Je voudrais faire cette remarque : il y a une sorte d’aimant dans vos propos (… ) de la noirceur. Il va toujours se passer des drames absolus. A peine quittée une crise, il va s’en passer forcement une autre ( … ) Il y a une sorte de vision négative de l’avenir. Et si Bachelard a raison, alors, à force de penser un truc négatif, vous savez ce que disait ma grand-mère : ça va arriver.

Il appelle à "un peu d’onde positive de temps en temps". Ce qui fait rire Jean-Luc Mélenchon.  

Du rab sur le Lab

PlusPlus