VIDÉO – Quand le service d’ordre d’Emmanuel Macron écarte ostensiblement un journaliste qui pose des questions *gênantes*

Publié à 06h49, le 15 novembre 2017 , Modifié à 14h32, le 15 novembre 2017

VIDÉO – Quand le service d’ordre d’Emmanuel Macron écarte ostensiblement un journaliste qui pose des questions *gênantes*
Gérald Darmanin et Emmanuel Macron. © Capture d'écran France 5.
Image Sébastien Tronche


En déplacement mardi 14 novembre à Lille, chez Martine Aubry, pour parler politique de la Ville, Emmanuel Macron s’est accordé un petit bain de foule des familles. Une manière d’aller au contact des Français le jour où Libération fait sa une sur ce "Président des riches", selon la formule de ses opposants, et les 65% de Français qui se sentent "perdants" avec les réformes du chef de l’Etat. C’est alors qu’il est interrogé par un journaliste de C à vous sur France 5 sur cette couverture.

Accompagné de Gérald Darmanin, ministre des Comptes publics et local de l’étape (il se murmure qu’il envisagerait d’être candidat à la mairie de Lille en 2020), Emmanuel Macron envoie tout d’abord gentiment bouler le journaliste :

Je viens voir les Français, je ne viens pas commenter la presse. Ça ne m’intéresse pas. Si vous voulez votre formule… Je sais d’où je viens et où je veux aller.

Relancé sur ces "65% de Français qui s’estiment perdants" et sur le fait de savoir si ces selfies et ce bain de foule servent à "redorer son image", Emmanuel Macron ne répond plus et le journaliste est ostensiblement écarté par le service d’ordre présidentiel. "Notre reporter a été bloqué par la sécurité, difficile pour nous de poser des questions", a simplement tweeté C à Vous, relayant la vidéo de cette séquence.

A voir en vidéo ci-dessous :



Cette manière de faire n’est pas propre à Emmanuel Macron. D’autres présidents ou ministres avant lui ont écarté les journalistes de leurs déplacements pour ne pas avoir à répondre au pied levé à des questions jugées gênantes. Une petite résurgence du "vieux monde" honni par la macronie.

Du rab sur le Lab

PlusPlus