Accusée d’avoir donné trop de temps de parole au FN, BFM TV se défend de toute complaisance

Publié à 17h54, le 18 mars 2014 , Modifié à 18h04, le 18 mars 2014

Accusée d’avoir donné trop de temps de parole au FN, BFM TV se défend de toute complaisance
Marine Le Pen sur BFM TV (Capture d'écran)

Selon les chiffres du CSA, publiés par regards.fr mardi 18 mars, du 10 février au 7 mars, BFM TV a consacré 43% de temps de parole au parti de Marine Le Pen, contre 17,6% pour le PS, 15,9% pour l’UMP, 9,3% pour le Parti de gauche, etc.

Pas de quoi, pour autant, parler de complaisance de la part de BFM TV envers le FN, comme le souligne le journaliste du Monde Alexis Delcambre sur son blog. D’une part, les chiffres du CSA cités par regards.fr ne concernent que les élections municipales en tant que sujet politique national. Sur la période évoquée, i>Télé a parlé des élections 1h15, LCI 1 heure et BFM TV 54 minutes. Sur ces 54 minutes, BFM TV a traité du FN 23 minutes – soit 43% du temps – sur une période de 4 semaines. 

Interrogé par Alexis Delcambre, le directeur de la rédaction de BFM TV Hervé Béroud se défend de toute complaisance envers le FN. Il assure que "ces 23 minutes correspondent à un seul sujet : celui des "candidats malgré eux" du Front national". Un sujet pas forcément élogieux envers le Front national, accusé d’avoir placé sur certaines listes des candidats sans leur consentement. 

Surtout, les chiffres du CSA ne prennent pas en compte le traitement local des élections municipales par les chaines d’info. C’est ce que souligne Hervé Béroud au Monde :  

Notre couverture locale montre que nous respectons l'équilibre. […] Au plan local, nous avons ainsi consacré 2h47 aux listes PS, 2h30 aux listes UMP et 54 minutes aux listes FN.

Du rab sur le Lab

PlusPlus