Après les attentats, le député UMP Bernard Debré repropose le retour de l'uniforme à l'école

Publié à 07h20, le 16 janvier 2015 , Modifié à 07h24, le 16 janvier 2015

Après les attentats, le député UMP Bernard Debré repropose le retour de l'uniforme à l'école
© AFP

MAROTTE - Les attentats subis par la France sont l'occasion pour certains députés de ressortir des propositions prônées depuis longtemps, en vain. C'est le cas pour Eric Ciotti qui, comme le Lab l'a raconté ici, a remis sur la table la possibilité de suspendre les allocations des familles, cette fois-ci pour les enfants n'ayant pas respecté la minute de silence d'hommage aux victimes. C'est également le cas pour Bernard Debré, qui communique sur le retour de l'uniforme à l'école.

Dans un communiqué diffusé le 16 janvier, le député UMP de Paris annonce le dépôt d'une proposition de loi en ce sens. Il s'inquiète du fait que l'école ne soit plus "un sanctuaire républicain" pour de nombreux élèves et développe :

Des mesures à la fois symboliques et fortes s’imposent. D’abord, le port d’un uniforme dans les écoles, les collèges et les lycées doit redevenir la règle. Cela permettrait de redonner aux élèves la conscience qu’être à l’école, c’est être dans un lieu spécifique, républicain et protecteur.



Cela permettra aussi de préserver l’école de certaines discriminations et de tensions sociales pour en faire, ce qu’elle n’aurait jamais dû cesser d’être, un véritable lieu d’égalité, de transmission et d’intégration où l’élève se sent appartenir à une seule communauté, la communauté éducative.

L'uniforme à l'école est une vieille idée de Bernard Debré. En mars 2013, à l'occasion d'une loi sur la refondation de l'école, il l'avait ressortie sous forme d'amendement. En septembre 2013, il prônait le retour à l'uniforme comme solution aux violences dans certaines écoles difficiles. En février 2010, il le préconisait pour rétablir la discipline.

Dans sa proposition de loi de janvier 2015, Bernard Debré demande également à ce que le drapeau français et l'hymne national soient "présents dans toutes les classes des écoles de la République".

Du rab sur le Lab

PlusPlus