Bruno Gollnisch : "Je ne suis plus habitué à ce qu’une jeune femme se jette sur moi"

Publié à 15h33, le 01 mai 2014 , Modifié à 19h09, le 01 mai 2014

Bruno Gollnisch : "Je ne suis plus habitué à ce qu’une jeune femme se jette sur moi"
Bruno Gollnisch © Reuters

UNE SÉPARATION - Le défilé du Front national, jeudi 1er mai, a été perturbé par plusieurs interventions de militantes Femen. L'une d'elles, se faisant passer pour une sympathisante FN, s’est approchée de Bruno Gollnisch, prétextant vouloir prendre une photo avec le député européen. Elle s’est alors déshabillée avant d’être évacuée manu militari par le service d’ordre du parti.  

Membre du bureau politique du FN, Bruno Gollnisch s’est ému de ce happening. S'adressant au mouvement, il concède avoir assisté à un spectacle "furtif" mais "agréable":

Le mouvement lui a répondu, avec humour :

Contacté par Le Lab, Bruno Gollnisch assume totalement cette sortie :

Je suis plutôt un vieux monsieur, je ne suis plus habitué à ce qu’une jeune femme se jette sur moi et enlève le haut, voire le bas. […] Je n’étais pas du tout gêné, je trouvais qu’elle avait une plastique agréable.

Expliquant dire cela pour "rendre [sa] femme jalouse", le député frontiste ajoute :

Si elles veulent se lover contre moi, il faudrait faire cela dans un autre contexte.

Le mouvement Femen est intervenu durant le défilé du 1er mai du Front national. Les militantes entendaient rappeler aux frontistes "que la contamination fasciste aura beau s'étendre, la résistance extrémiste ne fera que se renforcer", explique le groupe sur Twitter.

Du rab sur le Lab

PlusPlus