Comment Ségolène Royal a réussi à cornériser les Verts, selon Julien Dray

Publié à 19h31, le 04 février 2015 , Modifié à 19h42, le 04 février 2015

Comment Ségolène Royal a réussi à cornériser les Verts, selon Julien Dray
Ségolène Royal © PHILIPPE DESMAZES / AFP

L'ENVOÛTEUSE – Depuis dix mois que Ségolène Royal pilote le ministère de l’Ecologie, c’est l’entente cordiale avec les Verts. Une lune de miel qui dure, avec des partenaires pourtant réputés pour leur intransigeance. Jean-Vincent Placé, patron des écologistes au Sénat, se dit "fan". Même Cécile Duflot, sans doute l’une des plus critiques vis-à-vis de l’exécutif, a (parfois) vanté ses qualités d’écoute.

Alors, comment fait-elle ? Julien Dray a sa petite idée. Dans un article de l'édition de Paris-Match à paraître le 5 février, l’ex-lieutenant de Ségolène Royal pendant la campagne présidentielle de 2007 loue ses talents de tacticienne :

Il faut noyer Europe Ecologie-Les Verts en étant plus écologiste qu’eux. Et Ségolène Royal est un instrument exceptionnel pour ça. Elles les a enfermés en les faisant voter la loi sur la transition énergétique. Elle a été très maligne.

Traduction : pour désarmer les écolos, nul besoin d’engager l’épreuve de force, il suffit  de s’approprier leur raison d’être. Et leur ôter ainsi toute opportunité de critiques.

Les Verts auraient pourtant des raisons d’en avoir, des critiques. Car s’ils reconnaissent à Ségolène Royal un parcours et de vraies convictions en faveur de l’environnement, plusieurs prises de position de la ministre ont déçu dans les rangs écologistes. L’abandon de l’écotaxe ou son plaidoyer constant en faveur d’une fiscalité verte qui ne serait pas "punitive", pour n'en citer que quelques-unes. Ou, plus récemment, son soutien à la préparation d’une nouvelle génération de réacteurs nucléaires.

Suffisants, le retour de la "pastille verte", le gouvernement en voiture électrique et la préservation de Notre-Dame-des-Landes pour faire durer l’amour avec les écolos ? Parfois, le cœur a ses raisons, que la raison politique ignore.

[BONUS TRACK] Juppé, lui aussi sous le charme

Toujours selon le même article de Paris-Match, Ségolène Royal aurait reçu une offre de service de la part... d'Alain Juppé. "Si vous voulez de l'aide... ", aurait glissé ce dernier à la ministre lors des Assises de l'énergie, à Bordeaux.

Du rab sur le Lab

PlusPlus