Effets secondaires de l'affaire Bygmalion et de la crise à l'UMP : les blogs du triumvirat Juppé-Fillon-Raffarin deviennent hype

Publié à 11h42, le 02 juin 2014 , Modifié à 11h45, le 02 juin 2014

Effets secondaires de l'affaire Bygmalion et de la crise à l'UMP : les blogs du triumvirat Juppé-Fillon-Raffarin deviennent hype
© Reuters.

COMPOL – Le 27 mai, lors d’un bureau politique sanglant, l’UMP dévisse. Jean-François Copé est contraint à la démission de la présidence du parti, suivi par l’ensemble de l’équipe dirigeante. Aussitôt la solution d’une direction collégiale voit le jour avec la mise en place, non officialisée, d’un triumvirat, menacé juridiquement car potentiellement contraires aux statuts de l’UMP.

Depuis, l’UMP est absente. Un seul communiqué de presse a été signé par le parti sur l’annonce de la hausse des chiffres du chômage. Et tandis que chacun y va de sa petite phrase sur cette solution temporaire, les trois anciens Premiers ministres communiquent avec parcimonie, passant rarement par les médias traditionnels.

>> Les blogs de Juppé et Raffarin

Tous deux anciens locataires de Matignon sous Jacques Chirac, Alain Juppé et Jean-Pierre Raffarin cultivent leur communication sur leurs blogs respectifs. Ce lundi 2 juin, tous deux ont ainsi publié un texte simultanément.

Ainsi le maire de Bordeaux, qui a tout d’abord fait un point presse classique le 27 mai avant de proposer, sur Facebook, son plan pour sauver l’UMP, pose ses conditions pour poursuivre sa mission au sein de ce triumvirat presque autoproclamé. Alain Juppé exige qu’il y ait consensus autour de cette direction collégiale et une clarification financière

Je ne participerai au groupe des trois qu'à deux conditions: que la décision ne soit pas source de division mais soit prise de manière consensuelle; que ce groupe ait les moyens d'organiser le fonctionnement de l'UMP sur des bases administratives et financières clarifiées.

De son côté, le sénateur de la Vienne répond, dans un billet de blog lapidaire, "à plusieurs interrogations" autour du triumvirat, répondant à ceux, tel Nadine Morano, qui pensent que l’UMP ne respecte pas ses statuts.

"Une solution transitoire a été décidée pour éviter l’explosion de l’UMP (la menace persiste)", écrit-il, rappelant que la démission collective de la direction rendait les statuts "inapplicables". Et d’ajouter :

La mission des trois Premiers ministres n’est pas une mission de direction mais de transition.

Avant ce 2 juin, c’est déjà via leurs blogs déjà que les deux hommes avaient commenté et analysé la terrible semaine de l’UMP.

>> Les communiqués de Fillon

François Fillon, lui, fait bande à part. Il parle peu. Mais a aussitôt envoyé à la presse son allocution au bureau politique qui a signé la fin de la présidence Copé. Depuis, l’ancien Premier ministre de Nicolas Sarkozy ne s’exprime que de cette manière. des communiqués qu'il publie également sur son blog.

"Face à la crise que traverse l'UMP, nous avons collectivement trouvé une sortie réaliste et honorable. Maintenant il nous revient ensemble de nous remettre au travail", écrivait-il dans sa dernière communication, le mercredi 28 mai. Depuis, c’est silence radio face aux incertitudes juridiques qui pèsent sur la constitution de ce "triumvirat".

Du rab sur le Lab

PlusPlus