Européennes: les calculs très exagérés de Jean-François Copé

Publié à 10h39, le 26 mai 2014 , Modifié à 10h39, le 26 mai 2014

Européennes: les calculs très exagérés de Jean-François Copé
Jean-François Copé, sur BFMTV, lundi 26 mai (capture d'écran)

ASTUCE - Invité de BFMTV, ce lundi 26 mai, au lendemain du carton du Front national aux élections européennes et de la contre-performance de son parti, l'UMP, Jean-François Copé a une réponse toute im-pa-ra-ble.

Il explique ainsi à son intervieweur que la droite fait pas un si mauvais score, puisque, aux voix de l'UMP, il faut ajouter les voix de l'UDI-Modem :

Il se trouve que l’UDI, qui était alliée avec nous aux municipales, n’a pas voulu faire liste commune avec nous aux européennes.
Si on veut être tout à fait objectif, quand on regarde le score du FN, il faudrait intégrer le fait que l’UDI n’ayant pas été comptabilisée avec l’UMP, le score de l’UMP est un peu plus faible que ce qu’il aurait été …

En gros, UMP + UDI-MoDem = 20% + 10% = 30% = performance pas si mauvaise, veut se convaincre Jean-François Copé, pour relativiser la défaite de "la droite". 
Problème ?

En 2009, le MoDem avait déjà fait bande à part, raflant 8,5%.

L’UMP était alors à ... 28%.

Seul.

Autrement dit : Jean-François Copé, en se référant aux municipales, cherche surtout à comparer tout et n'importe quoi.

Du rab sur le Lab

PlusPlus