François Fillon menace Nicolas Sarkozy : sans primaire "honnête", il sera candidat au premier tour de la présidentielle

Publié à 08h14, le 16 octobre 2014 , Modifié à 10h35, le 16 octobre 2014

François Fillon menace Nicolas Sarkozy : sans primaire "honnête", il sera candidat au premier tour de la présidentielle
François Fillon et Nicolas Sarkozy. © OLIVIER ARANDEL/MAXPPP.

Nicolas Sarkozy, qui enchaîne les meetings pour la présidence de l’UMP, a répété qu’il souhaitait tout changer de son parti. Voire en fonder un nouveau. Avec des primaires pour la présidentielle dans ses statuts ? C’est ce que craignent les adversaires de l’ancien président et notamment François Fillon.

L’ancien Premier ministre de Nicolas Sarkozy a ainsi une nouvelle fois menacé, ce jeudi 16 octobre sur France Info, de se présenter directement au premier tour de l’élection présidentielle – sous-entendu même contre Nicolas Sarkozy – si les primaires de l’opposition n’étaient pas "honnêtes". Une menace de candidature dissidente en somme :

"

J’ai décidé de me consacrer en totalité à la présentation d’un vrai projet de redressement. J’ai indiqué que je serai candidat aux primaires de l’opposition si ce sont des primaires honnêtes.Si ces primaires n’avaient pas lieu, je serai candidat au premier tour de l’élection présidentielle.

"

"Les choses sont simples et tout le monde est prévenu", ajoute, menaçant, le député UMP de Paris qui détaille ensuite ce qu'est "une primaire honnête" selon lui :

"

Une primaire honnête, c’est une primaire à laquelle tous les Français qui souhaitent participer puissent participer. C’est une primaire où il y a deux ou trois millions de Français qui participent. Là, la primaire a un sens parce que ça devient un vrai mode de sélection du projet du candidat et du projet qui portera les couleurs de la droite et du centre.

"

En février 2014, alors que Nicolas Sarkozy n’était pas encore officiellement revenu dans l’arène politique, François Fillon avait déjà prévenu que, "sans primaire", ce serait le premier tour de la présidentielle qui départagerait les candidats de l’opposition. Il a ajouté à sa menace, ce 16 octobre, une nuance importante : le terme "honnête". Qu’en pense Alain Juppé ?

[BONUS TRACK] Lavrilleux "sera exclu"

Alors que Jérôme Lavrilleux a devancé sa procédure d’exclusion de l’UMP, annonçant quitter le parti face à ce qu’il considère être "une mascarade" de procédure, François Fillon est ferme quant à l’eurodéputé dont il ne veut pas parler. Mais, assure le dirigeant provisoire de l’UMP, membre du triumvirat, Jérôme Lavrilleux "sera exclu" :

"

Ça ne mérite pas qu’on mobilise vos auditeurs autour d’un personnage qui en direct à la télévision a expliqué qu’il avait fait des fausses factures. Il sera exclu. Les mots qu’il emploie n’y changeront rien.

"

Du rab sur le Lab

PlusPlus