François Hollande sort tout sourire du conseil des ministres de l’entre-deux tours des municipales

Publié à 18h59, le 26 mars 2014 , Modifié à 17h40, le 30 mars 2014

François Hollande sort tout sourire du conseil des ministres de l’entre-deux tours des municipales
François Hollande à l'Élysée mercredi 26 mars (MaxPPP)

Mercredi 26 mars, en sortie de conseil des ministres. Le pas rapide, le regard malicieux, François Hollande traverse le hall de l’Élysée, tourne la tête et aperçoit les journalistes agglutinés sur les gradins. Il s’en amuse et, comme il avance, du salon Murat vers l’escalier d’honneur, son visage se traverse d’un grand sourire à l’adresse de la presse. Visiblement content, le chef de l’État poursuit son chemin.

La scène a été captée par le photographe Christophe Morin (IP3), distribué par MaxPPP. 


Elle dure seulement quelques secondes mais marque les journalistes présents. Commentaire de l’un d’eux :

"

Il ne lui manque plus qu’un nez rouge de clown.

"

D’autres rient franchement, certains se moquent de cette image d’un président souriant, à l’opposé du visage de ses ministres dans la cour de l’Élysée.

Contre-champ : voilà ce que voyait le président en sortant du conseil des ministres :

Ce large sourire n’en est pas moins étonnant : l’ambiance était pesante ce mercredi 26 mars à l’Élysée, trois jours après le premier tour des municipales, surtout lorsque Cécile Duflot a pris la parole. La ministre du logement a souhaité que le gouvernement s’interroge sur les origines de la déroute, raconte France Inter. "Les Français ne veulent pas des sujets d’immigration mais du social", a-t-elle déclaré selon la radio.

François Hollande, de son côté, a voulu tirer les conséquences de cette claque :

"

Il convient d'entendre les Français quand ils s'expriment.  

"

L’hypothèse d’un remaniement gouvernemental prend corps. En sortie de conseil des ministres, les membres du gouvernement ont voulu faire bonne figure. Certains ont même évoqué le message adressé par le chef de l’État.

"Il faut rester mobilisé jusqu’au bout", a lancé Stéphane Le Foll, encadrant son visage de ses deux mains tendues. "Il faut être déterminé. Il faut travailler", a ajouté Marisol Touraine. Comme le président, la plupart des ministres souriaient, mais d’une manière un tout petit peu moins enjouée.

Les relations entre François Hollande et la presse sont, d’une manière générale, très bonnes. Le chef de l’État apprécie le métier des journalistes, auquel il s’est d’ailleurs brièvement essayé plus jeune. Comme le révélait Le Monde en avril 2013, lui président sert encore de source directe aux journalistes.

Du rab sur le Lab

PlusPlus