Gérald Darmanin et l'AME : le porte-parole édulcoré de Nicolas Sarkozy

Publié à 13h42, le 17 novembre 2014 , Modifié à 14h07, le 17 novembre 2014

Gérald Darmanin et l'AME : le porte-parole édulcoré de Nicolas Sarkozy
Gérald Darmanin sur BFMTV le 17 novembre et Nicolas Sarkozy en meeting à Marseille le 28 octobre. © BFMTV et Reuters / Jean-Paul Pelissier

Gérald Darmanin, porte-parole de Nicolas Sarkozy ? A écouter le jeune député du Nord disserter sur l'aide médicale d'Etat ce 17 novembre sur BFMTV, la chose n'est pas si évidente. Là où le candidat à la présidence de l'UMP tranche devant les militants avec un "supprimons l'AME" et fustige les étrangers qui "profitent" du système social, son premier représentant se tord en circonvolutions sur une chaîne nationale pour faire passer un message à la fibre nettement plus sociale.

L'aide médicale d'Etat version Sarkozy le 28 octobre en meeting à Marseille, cela donne donc cela :

Personne ne peut accepter que la France devienne le réceptacle de la misère du monde et que la générosité de notre système social soit utilisée sans vergogne par des filières clandestines et des profiteurs de tout poil. Il faut revoir en profondeur notre système social.



Et je me reconnais dans la proposition de Xavier Bertrand de supprimer l’aide médicale d’urgence pour la remplacer par un système où nous porterons secours à ceux qui en ont vraiment besoin.

A voir en vidéo à partir de 17'00 :



Xavier Bertrand propose en effet de "supprimer totalement l'AME" et de limiter l'aide aux personnes "dont la vie est en danger sur le territoire français" et "avec une participation aux frais". Il a également estimé dans une interview au Figaro que les mesures comme le droit de timbre à 30 euros - une participation annuelle supprimée par les socialistes en 2012 -  "ne sont pas suffisantes pour empêcher l'appel d'air".

Pourtant, à écouter le porte-parole du candidat ce lundi sur BFMTV, la suppression de l'AME n'est pas si évidente. Lui insiste plutôt sur un rétablissement du droit de timbre, puis sur la vocation sociale de la France (en mentionnant lui aussi les cas de "situations d'urgence"). Surtout, il ne prononce jamais le mot "suppression", et ce malgré l'insistance de son intervieweur.

Il fait ainsi une présentation bien différente de son candidat :

- Jean-Jacques Bourdin : Est-ce que vous supprimez l'AME ou pas?



- Gérald Darmanin : Le problème c’est pas l’AME, c’est la suppression du droit de timbre, instaurée par Nicolas Sarkozy et François Fillon. C'est le principe que même quand on est dans le besoin, on doit contribuer. 30, 40 ou 50 euros ... on peut peut-être l’augmenter, je ne sais pas !



- Jean-Jacques Bourdin : Vous proposez la suppression de l'AME?!



- Gérald Darmanin : Je pense effectivement qu’il faut revoir le fonctionnement de l’AME.



- Jean-Jacques Bourdin : Est-ce que vous proposez la suppression?



- Gérald Darmanin : Qu’est-ce que vous appelez l’AME ? Moi je crois que tous ceux qui ont besoin d’être soignés de façon urgente dans les hôpitaux français, quelle que soit leur situation, doivent être soignés, c’est ça la vocation universelle de la France. Ce que je change par contre c’est effectivement de remettre un droit de timbre, il faut payer symboliquement.



- Jean-Jacques Bourdin : On remet un droit de timbre et on ne supprime pas l'AME, on est d'accord ?



- Gérald Darmanin : On ne supprime pas l’idée en tout cas que les Français, les étrangers, quelle que soit leur situation, on les laisse pas crever par terre. Ça c’est pas la France.

A voir en vidéo :




Du rab sur le Lab

PlusPlus