Cambadélis pointe à son tour la responsabilité du FN dans la profanation du cimetière juif de Sarre-Union

Publié à 15h31, le 22 février 2015 , Modifié à 16h27, le 22 février 2015

Cambadélis pointe à son tour la responsabilité du FN dans la profanation du cimetière juif de Sarre-Union
Jean-Christophe Cambadélis © MARTIN BUREAU / AFP

CQFD – Comme le député PS du Bas-Rhin Philippe Bies, Jean-Christophe Cambadélis ne croit pas aux coïncidences. Dimanche 22 février, une semaine après la profanation d'un cimetière juif à Sarre-Union, le premier secrétaire du Parti socialiste a dressé un parallèle entre cette profanation et le score du Front national dans la région.

Invité du Supplément de Canal +, Jean-Christophe Cambadélis a dit :

Je pense qu'à partir d'un moment où on a un mouvement d'extrême droite qui fait 45% et qui professe la haine de l'autre, ce n'est pas indifférent. À partir du moment où on stigmatise tel ou tel dans la vie ou dans la société, ça se termine comme ça.

Une accusation mise à mal par les premiers résultats de l'enquête. Selon le Monde, l'un des meneurs des profanateurs du cimetière juif de Sarre-Union est un militant antifasciste. L'article du Monde est paru le jeudi 19 février, soit le jour de l'enregistrement du Supplément

Les mots de Jean-Christophe Cambadélis, dimanche 22 février, ont immédiatement fait réagir au FN. Florian Philippot, qui a réclamé la démission de Philippe Bies vendredi 20 février après ses propos contre le FN, a attaqué le premier secrétaire du Parti socialiste, sans le nommer :  

 

Un peu plus tard, c'est Marion Maréchal – Le Pen qui a interpellé Jean-Christophe Cambadélis, se demandant pourquoi le socialiste avait dressé un tel parallèle "alors que les auteurs sont 'antifas' ?"

 

Dimanche 15 février le député PS Philippe Bies avait lui aussi dressé un parallèle entre la profanation du cimetière juif et le poids du FN dans la région. "C'est sans doute une coïncidence mais le FN a fait près de 41% aux dernières municipales à Sarre-Union", avait déclaré l'élu socialiste.

 

Du rab sur le Lab

PlusPlus