Jean-François Copé favorable à un Smic jeune (mais tout est question de présentation)

Publié à 08h31, le 17 avril 2014 , Modifié à 12h58, le 17 avril 2014

Jean-François Copé favorable à un Smic jeune (mais tout est question de présentation)
Jean-François Copé sur France 2 le 17 avril 2014. © images France 2

Un Smic jeune, et pourquoi pas ? Invité de France 2 ce 17 avril, Jean-François Copé a donné son opinion quant à la création d'un niveau de Smic spécifique aux jeunes travailleurs. Le patron de l'UMP y est favorable "dans une logique de marchepied". Et prend moult pincettes pour parler d'un sujet qu'il sait brûlant :

"

Le Smic jeune c’est un peu comme le nucléaire dans le domaine de l’énergie, l’ISF dans le domaine des impôts … ce sont des chiffons rouges. Si vous le sortez de son contexte, personne ne l'acceptera.

"

Tout est donc une question de présentation pour Jean-François Copé qui détaille :

"

S’il s’agit de dire on va écraser la rémunération des jeunes et les sous-payer, ça n’a pas de sens.
Si ça doit être un marchepied à un moment de la vie pour trouver un emploi, ça a du sens.
Sauf que ça ne peut pas se sortir de son contexte.

"

Et d'ajouter que "cela doit se faire dans une logique de marchepied, rien de plus".

L'UMP n'est pas unanime sur ce sujet. Alain Juppé a ainsi estimé que baisser le Smic pour les jeunes était une proposition "intempestive" qui "brutalise les plus petits revenus". Nathalie Kosciusko-Morizet s'est quant à elle dite "prête à étudier tout ce qui peut concourir à l'emploi" sans que cela doive être "la première piste" : "je préfère qu'on s'attaque d'abord aux charges", a-t-elle expliqué sur RTL le 16 avril.

Le 15 avril, Pierre Gattaz, patron du Medef, relançait ce sujet en proposant un Smic intermédiaire et temporaire pour les jeunes. Dans le même temps, des économistes qui ont conseillé François Hollande durant la primaire socialiste plaident pour un gel du salaire minimum et la mise en place progressive de Smics  différents selon les régions et l'âge des salariés. Le gouvernement a quant à lui opposé une fin de non recevoir à ces préconisations.

[Edit 13h00] HOP HOP HOP - Peu avant 13h ce jeudi, Jean-François Copé a tenu à préciser ses propos qu'il estime déformés, assurant qu'il est opposé à un Smic jeune et qu'il veut simplement "tout faire pour aider les jeunes à trouver un premier emploi" :

 

Du rab sur le Lab

PlusPlus