Jean-Louis Bianco tout heureux de pouvoir concilier son rôle de conseiller de Ségolène Royal avec la présidence de l'Observatoire de la laïcité

Publié à 17h24, le 21 avril 2014 , Modifié à 12h52, le 23 avril 2014

Jean-Louis Bianco tout heureux de pouvoir concilier son rôle de conseiller de Ségolène Royal avec la présidence de l'Observatoire de la laïcité
Jean-Louis Bianco © MaxPPP

TEMPS PARTIEL – Après l’avoir côtoyé au sein du gouvernement Bérégovoy, Jean-Louis Bianco retrouve Ségolène Royal. L’ancien ministre de l’Équipement a été choisi comme conseiller spécial de la nouvelle ministre de l’Écologie. Une charge que Jean-Louis Bianco accepte avec plaisir. Et pour cause, de l’aveu même de l’intéressé, cette fonction ne devrait pas l’accaparer outre-mesure. C’est ce qu’il confie dimanche 20 avril à La Provence :

Ce n'est qu'un poste à mi-temps car je conserve ma fonction de président de l'Observatoire de la laïcité. Celui-ci a un an d'existence, il est sur de bons rails, nous venons d'adopter le rapport annuel. J'ai veillé à ce que les fonctions soient compatibles, je m'en occuperai un jour par semaine.

Ce poste de conseiller est pourtant loin d’être anecdotique puisque, comme il le précise lui-même, Jean-Louis Bianco devra "traiter tous les dossiers politiques essentiels". Il ajoute :

Le domaine international est important en environnement. Et ce d'autant que Paris accueillera une conférence internationale sur le climat en 2015...

[Edit 23 avril] : Jean-Louis Bianco nous précise qu'il ne perçoit "aucune rémunération, pour aucune de [ses] deux fonctions".

Du rab sur le Lab

PlusPlus