L'adjoint au logement d'Anne Hidalgo, Ian Brossat, fait "collection" des demandes de logements sociaux d'élus UMP

Publié à 14h17, le 25 mai 2014 , Modifié à 14h17, le 25 mai 2014

L'adjoint au logement d'Anne Hidalgo, Ian Brossat, fait "collection" des demandes de logements sociaux d'élus UMP
Ian Brossat en février 2014. (MaxPPP/Francois Lafite)

TU LES AIMES MES LOGEMENTS SOCIAUX ? - Peut-on s'opposer aux logements sociaux au cours d'une campagne politique, puis, une fois devenu maire d'arrondissement, en faire la demande pour tel ou tel administré ?

Adjoint d'Anne Hidalgo (PS) à la mairie de Paris, en charge du logement, le communiste Ian Brossat estime qu'il y a là une "contradiction".

Dans un "Indiscret" du Journal du Dimanche daté du 25 mai, Ian Brossat explique avoir entamé une belle "collection" de demandes de logement social émanant de tel ou tel maire d'arrondissement UMP. Cité par l'hebdomadaire, il ironise :

Il semblerait que les élus de droite aiment les logements sociaux, finalement. Pourtant, ils votent contre tous les programmes dans leur arrondissement.

Ian Brossat assure avoir déjà reçu 83 lettres de demande, soit près de deux par jour, et entend brandir sa "liasse" à la première occasion au conseil de Paris.

Selon l'adjoint d'Anne Hidalgo, seul Claude Goasguen, maire UMP du XVIe, n'a pas sollicité de logement social, contrairement à Rachida Dati (VIIe), Philippe Goujon (XVe) ou Brigitte Kuster (XVIIe), pris, dit-il, en "flagrant délit de contradiction".

Du rab sur le Lab

PlusPlus