La petite phrase que le Parti socialiste a oublié de supprimer de son communiqué sur les intermittents

Publié à 07h06, le 20 juin 2014 , Modifié à 07h06, le 20 juin 2014

La petite phrase que le Parti socialiste a oublié de supprimer de son communiqué sur les intermittents
Capture d'écran du communiqué du PS

Le mail est parti trop vite. Une erreur s'est glissée dans un communiqué du Parti socialiste le 19 juin au soir, se félicitant des ajustements annoncés par le Premier ministre concernant le régime indemnitaire des intermittents. Une erreur sans gravité mais un peu voyante.

Quelques heures après la conférence de presse de Manuel Valls sur le sujet, la secrétaire nationale du PS à la Culture, Colombe Brossel, envoie ainsi un communiqué à toutes les rédactions - Lab compris - pour saluer ces annonces. A la fin du quatrième paragraphe, une annotation prouve que la relecture n'a pas été assidue :

Par ailleurs, la perspective que l’État s’implique à terme plus directement dans le financement du système indemnitaire des intermittents démontre la volonté du gouvernement de défendre la place particulière et éminente qu’occupe la culture dans notre pays. (franchement je m’interroge sur cette phrase, un peu à double sens)

Trente-cinq minutes plus tard, une nouvelle version est envoyée, avec suppression de la remarque mais aussi de la phrase "un peu double sens".

Un oubli repéré par le rédacteur en chef adjoint de Politis, Michel Soudais :

Après la remise d'un rapport par le député PS Jean-Patrick Gille, choisi comme médiateur par le gouvernement dans le conflit avec les intermittents du spectacles, Manuel Valls a annoncé qu'il reportait la mise en application du point le plus contesté de la convention Unedic, rejetée par les intermittents : le différé d'indemnisation chômage. En attendant, l’État prendra en charge lui-même ce différé, provisoirement pour que les intermittents ne voient pas de différence avec leur traitement actuel. La convention Unedic, qui concerne l'ensemble des chômeurs, sera bien agréée par l'Etat et entrera en vigueur le 1er juillet.

Manuel Valls a par ailleurs annoncé le lancement d'une nouvelle mission pour redéfinir le statut de l'intermittent. Une annonce qui ne satisfait pas la CGT-Spectacle qui a annoncé un "probable préavis de grève" pour le 1er juillet.

Du rab sur le Lab

PlusPlus