La sénatrice PS Catherine Tasca peste contre l’absentéisme des sénateurs, "une habitude d'emplois fictifs"

Publié à 09h13, le 05 novembre 2014 , Modifié à 09h19, le 05 novembre 2014

La sénatrice PS Catherine Tasca peste contre l’absentéisme des sénateurs, "une habitude d'emplois fictifs"
Catherine Tasca. © Capture d'écran Public Sénat.

L’image du Sénat est fortement dégradée. Au point que revient régulièrement l’idée de profondément modifier, voire de supprimer, la chambre haute. Réélu président du Sénat fin septembre, Gérard Larcher veut redorer le blason de son institution.

Parmi les mesures que le sénateur UMP filloniste propose, notamment pour lutter contre l’absentéisme des sénateurs, celle de rendre impossible l’adoption d’un projet de loi quand trop peu d’élus sont présents dans l’hémicycle.

Car c’est un fléau qui "n’est pas acceptable pour l’opinion", assume la sénatrice PS Catherine Tasca, interrogée par Public Sénat. Et l’élue socialiste de qualifier, un peu provocatrice, ces sénateurs qui sèchent le travail parlementaire, "d’emplois fictifs" :

Je pense que Gérard Larcher a le désir sincère de faire bouger l’image du Sénat qui n’est pas bonne depuis quelques années. Il y a à s’attaquer de manière très concrète au problème d’absentéisme. S’est développé au Sénat, j’ose dire, presque une habitude d’emplois fictifs pour certains sénateurs.

Un passage isolé par le Lab :

Dans le même sens, le vice-président du groupe UMP au Palais du Luxembourg, Philippe Dallier propose que l’absentéisme des sénateurs ait une incidence sur l’octroi de la réserve parlementaire. Ainsi déclare-t-il à Public Sénat :

Je travaille actuellement sur une réforme de la réserve parlementaire au sein du groupe UMP pour faire en sorte que ceux qui sont présents ou très présents au Sénat perçoivent une dotation bien plus importante que ceux qui n’y sont pas présents.

Du rab sur le Lab

PlusPlus