Le député UMP Lionel Tardy estime que Jean-François Copé n'a "plus rien à faire" à la tête de son parti, qui "n'existera plus" d'ici juin.

Publié à 19h04, le 15 mai 2014 , Modifié à 19h08, le 15 mai 2014

Le député UMP Lionel  Tardy estime que Jean-François Copé n'a "plus rien à faire" à la tête de son parti, qui "n'existera plus" d'ici juin.
Montage Le Lab (Maxppp)

Il s'était fait remarquer pendant les révélations sur l'affaire Bygmalion en assurant que "tout le monde savait à l'UMP". Lionel Tardy, député UMP et traditionnel pourfendeur de Jean-François Copé, sort l'artillerie lourde contre le président de son parti. Dans une interview accordée au site Hexagones, le député de Haute-Savoie fait par ailleurs un sombre pronostic pour l'UMP: la disparition à *très* court terme :

Je pense qu’au mois de juin, l’UMP n’existera plus, donc il n’y a même pas besoin de la quitter. Personne n’a réagi, car on est déjà dans l’après Copé. En juin vont se lancer les primaires et l’UMP deviendra une coquille vide.

Lionel Tardy ne prédit donc pas la disparition de l'UMP en tant qu'entité mais pronostique la mort du grand parti d'opposition que dirige Jean-François Copé :

Chaque candidat va créer son micro parti pour avoir des financements et ils demanderont tous aux militants de donner leurs sous directement à leurs écuries plutôt qu’à l’UMP. Copé n’aura plus que sa centaine de millions de dettes pour pleurer. D’ailleurs, voilà une vraie question juridique : qui sera responsable de la dette de l’UMP si le parti disparaît ? Qui est solidaire ? Car c’est sans doute ce qui va se passer à terme. Je prends les paris.

Ça, c'est pour l'UMP. Lionel Tardy tient également à gifler le président de son parti. Illégitime, selon lui :

Copé n’a plus rien à faire à la tête de l’UMP. Entre les histoires sur l’élection à la présidence du parti et l’affaire Bygmalion, c’est une personne qui nous cause énormément de tort. Des copéistes me l’ont d’ailleurs dit, même s’ils font avec. De Gaulle avait eu le courage de démissionner quand il a perdu, mais Copé ne sait pas le faire. Donc on va continuer à se le traîner.

Les mots sont fort, mais Lionel Tardy n'a pas peur d'une éventuelle exclusion, et gonfle les muscles :

Copé a vite compris que s’il m’excluait de l’UMP, il était mort. La moitié des députés sont plutôt pro-Tardy que pro-Copé, et personne n’aurait compris qu’on exclut un élu qui demande plus de transparence.

Du rab sur le Lab

PlusPlus