Bruno Le Roux : La loi ALUR "peut être corrigée s'il le faut"

Publié à 09h19, le 08 avril 2014 , Modifié à 09h22, le 08 avril 2014

Bruno Le Roux : La loi ALUR "peut être corrigée s'il le faut"
Bruno Le Roux. © Maxppp.

COUCOU DUFLOT - Et une petite pierre de plus dans le jardin des dissensions entre socialistes et écologistes. Cécile Duflot a claqué la porte du gouvernement à l’annonce de la nomination de Manuel Valls au gouvernement. Mais non sans le sentiment du devoir accompli, après la promulgation de *sa* loi sur le logement, la loi ALUR. Une loi dont il incombera la tâche à Sylvia Pinel, nouvelle ministre du Logement, d’orchestrer les décrets nécessaires à son application.

Alors que les écologistes débattent pour trouver leur place dans la majorité après le départ de leurs ministres, Bruno Le Roux, le patron des députés socialistes, n’est déjà pas tendre avec l’héritage de Cécile Duflot. Et notamment cette loi ALUR.

Invité d’Europe 1 ce mardi 8 avril, jour de déclaration de politique générale de Manuel Valls, Bruno Le Roux a livré ses doutes sur ce texte, se disant favorable à "corriger" la loi si nécessaire :

"

Il faut regarder les réactions du marché. Si le marché se rétracte alors il faut sans attendre apporter des correctifs. Je pense que c'est le montant des aides au logement, 40 milliards, qui peuvent être redistribués. C'est la loi qui peut être corrigée s'il le faut.

"

Et d’ajouter :

"

En tout cas, il ne faut pas tarder à réagir quand on sent qu'il y a sur le marché des rétractions comme on les voit aujourd'hui.

"

Le 20 février, la loi ALUR était définitivement adoptée après le vote du Sénat. Un vote qui réjouissait le Premier ministre d’alors, Jean-Marc Ayrault, qui, pour l’occasion, avait fait un selfie avec Cécile Duflot, alors sa ministre écolo du Logement.

Du rab sur le Lab

PlusPlus