Mini-remaniement au gouvernement : Valérie Fourneyron démissionne, Thierry Mandon et Carole Delga entrent

Publié à 17h39, le 03 juin 2014 , Modifié à 18h07, le 03 juin 2014

Mini-remaniement au gouvernement  : Valérie Fourneyron démissionne, Thierry Mandon et Carole Delga entrent
Photos MaxPPP

SURPRISE - Valérie Fourneyron a remis sa démission au chef de l'Etat ce mardi 3 juin, a annoncé l'Elysée dans un communiqué. Carole Delga la remplace au poste de secrétaire d'Etat chargée du commerce, de l'artisanat, de la consommation et de l'économie sociale et solidaire, précise le communiqué.

L'Elysée évoque des "raisons personnelles" à la démission de Valérie Fourneyron, qui avait été hospitalisée pendant près d'un mois. Dans son édition à paraître mercredi 4 juin, Le Canard Enchaîné assure que Valérie Fourneyron a adressé à trois reprises une lettre de démission au chef de l'Etat depuis la fin du mois de mai, sans avoir, jusqu'alors, reçu de réponse. 

Le président de la République annonce également l'entrée au gouvernement de Thierry Mandon, porte-parole du groupe socialiste à l'Assemblée nationale, au poste de "secrétaire d'Etat auprès du Premier ministre, chargé de la Réforme de l'Etat et la Simplification". 

Thierry Mandon avait été chargé par le chef de l'Etat, notamment à l'occasion de la conférence de presse du 14 janvier 2014, d'animer le "choc de simplification". François Hollande avait nommément cité le parlementaire : 

"

J’ai confié à un parlementaire Thierry Mandon et un chef d’entreprise, Guillaume Poitrinal – cette alliance pourra éventuellement surprendre – pour qu’ils aillent jusqu’au bout et qu’ils animent un conseil de simplification. Ils passeront en revue les « 10 actes-clés » de la vie d’une entreprise, de la création jusqu’à la cession, en passant par l’ouverture des usines, l’accès aux marchés publics, les formalités d’embauche, les obligations comptables, les contrôles administratifs et fiscaux…, bref tout sera passé en revue. Non pas pour diminuer les protections, notamment sur le plan social, sur le plan sanitaire, sur le plan environnemental, mais pour simplifier et faciliter. Et ce mouvement ne s’arrêtera pas jusqu’à la fin du quinquennat.

"

Tout au long du mois de janvier, François Hollande avait cité à plusieurs reprises le nom de Thierry Mandon dans ses discours, au point que l'idée qu'il serait forcément dans le casting du gouvernement Valls s'était largement imposée. En vain.

Le 10 avril 2014, Canal Plus avait diffusé un reportage cruel montrant la déception du député de l'Essonne à l'annonce de la composition du premier gouvernement de Manuel Valls : 

Du rab sur le Lab

PlusPlus