Nicolas Sarkozy fait entrer Guillaume Peltier à la direction de l’UMP (n’en déplaise à NKM)

Publié à 16h51, le 21 janvier 2015 , Modifié à 22h54, le 29 janvier 2015

Nicolas Sarkozy fait entrer Guillaume Peltier à la direction de l’UMP (n’en déplaise à NKM)
Guillaume Peltier © JEAN CHRISTOPHE MAGNENET / AFP

C’est Nathalie Kosciusko-Morizet qui va être contente. Guillaume Peltier est désormais officiellement membre de la direction de l’UMP, comme le confirme un communiqué du parti de droite ce mercredi 21 janvier. Et, surprise, le chef du courant "la Droite forte" se voit attribuer non pas un, mais deux titres par le président de l’UMP, Nicolas Sarkozy : celui de "secrétaire national fonctionnel aux fédérations professionnelles" et celui de "coordonnateur adjoint des élections régionales".

Secrétaire national "fonctionnel" et non "thématique", Guillaume Peltier sera donc sous les ordres de Laurent Wauquiez, secrétaire général du mouvement. La nuance est d'importance, car entre NKM et Guillaume Peltier, l'animosité est ancienne. Outre son positionnement droitier, l'ancienne ministre de l'Ecologie n'as pas digéré que l'ex-proche de Patrick Buisson souhaite ouvertement sa défaite lors de la primaire pour les municipales à Paris, en mars 2014.

Début décembre, la question du sort de Guillaume Peltier avait donné lieu à des échanges explosifs entre Nicolas Sarkozy et NKM. La nouvelle numéro 2 du parti avait tenté de barrer la route au très sarkozyste maire de Neung-sur-Beuvron, mettant même sa démission dans la balance, selon le Canard Enchaîné. Ce à quoi l'ancien chef de l'Etat aurait répliqué tout en douceur :

Tu commences à m'emmerder !

Il s'était pourtant résigné à remettre le cas Peltier à plus tard, pour ne pas offrir plus longtemps le spectacle de la division.

Le communiqué annonce plusieurs autres promotions, comme celles de Patrick Ollier ou Pierre Charon. Le premier, ex-secrétaire d’Etat aux relations avec le Parlement, devient "délégué général aux relations avec les groupes parlementaires". Le second, ancien conseiller de Nicolas Sarkozy à l’Elysée, est désigné "délégué national à la chasse". Quand à Nadine Morano, qui s’était plaint de ne pas exercer de responsabilités à la hauteur de ses mérites, un poste de vice-présidente de la Commission d’investiture lui est proposé.

Du rab sur le Lab

PlusPlus