Nicolas Sarkozy soutient le maire de Chalon, qui a supprimé les menus sans porc dans les cantines scolaires

Publié à 20h36, le 17 mars 2015 , Modifié à 11h28, le 18 mars 2015

Nicolas Sarkozy soutient le maire de Chalon, qui a supprimé les menus sans porc dans les cantines scolaires

Nicolas Sarkozy s'est déclaré opposé aux repas de substitution dans les cantines scolaires ce mardi 17 mars. Invité du journal de 20 heures de TF1, le patron de l'UMP était interrogé sur la décision du maire UMP de Chalon-sur-Saône, qui a décidé au nom de la "laïcité" de supprimer les menus sans porc dans les cantines de sa ville. L'ancien président a déclaré :

Je suis opposé aux repas de substitution. Je soutiens la décision du maire : si vous voulez que vos enfants aient des habitudes alimentaires en fonction de leur confession, vous allez dans un établissement privé confessionnel. La République est laïque.

Selon l'AFP, Nicolas Sarkozy avait déjà plaidé pour l'instauration du "même menu pour tous" dans les établissements scolaires, lors d'un meeting à Nice en octobre 2014.

En 2012 déjà, durant la campagne, il glissait cette idée dans ses meetings, comme à Meaux en mars :

 

Dans la République française, l’école est laïque, on veut les mêmes menus à la cantine scolaire.

Ou encore à Lyon le même mois, comme on peut le voir dans ce tweet de l'époque :

Ce mardi soir sur TF1, il s'oppose plus frontalement, et à une heure de grande écoute, aux "repas de substitution".

Une prise de position qui fera sans doute des remous à gauche. En se prononçant contre les menus différenciés pour cause de religion, Nicolas Sarkozy semble même aller plus loin encore que le Front national, lequel s'était fait fort de "seulement" réintroduire le porc dans les écoles où il aurait été supprimé.

Ce mardi matin, Najat Vallaud-Belkacem, la ministre de l'Education nationale, avait vu dans l'initiative du maire de Chalon une manière de "prendre en otage les enfants".

Mais Nicolas Sarkozy pourrait aussi susciter le débat au sein de son propre parti, où les questions de laïcité ne font pas toujours consensus.

Si plusieurs parlementaires UMP et l'ancien chef de l'Etat sont favorables à l'interdiction du voile à l'université, comme ce dernier l'a de nouveau confirmé sur le plateau de TF1, d'autres dirigeants du parti de droite y sont opposés. François Fillon, Alain Juppé ou Hervé Mariton pour ne citer qu'eux.

 

En se prononçant sur ces deux sujets ce mardi 17 mars, le président de l'UMP prend de court deux élus : Gérald Darmanin et Henri Guaino. Les deux députés UMP ont été chargés mi-février par Nicolas Sarkozy d'organiser une journée  de réflexion sur la pratique de l'Islam et la laïcité. L'objectif étant de définir une position commune de l'UMP sur ces sujets avec des propositions concrètes. Sur ces deux points au moins, Nicolas Sarkozy a déjà tranché.      

 

Edit 18 mars avec ajout des déclarations de 2012 et mention de la journée de réflexion annoncée en février 2015 .

Du rab sur le Lab

PlusPlus