Où l'on apprend que le leader du FNJ était un guitariste de hard-rock "très masculin"

Publié à 09h56, le 06 février 2015 , Modifié à 10h14, le 06 février 2015

Où l'on apprend que le leader du FNJ était un guitariste de hard-rock "très masculin"
Montage Le Lab via capture d'écran Facebook et Twitter

CORNES DU DIABLE - On peut être le nouveau leader du Front national de la jeunesse et ancien membre d'un groupe de hard-rock "très masculin". C'est le cas de Gaétan Dussausaye, qui vient de remplacer Julien Rochedy à la tête du mouvement. Dans un portrait des Inrockuptibles diffusé le 5 janvier, on apprend que l'ancien candidat à la mairie du XIème arrondissement de Paris n'a pas toujours été passionné de politique. En 2009, il s'intéressait surtout à la musique et au bon vieux hard rock. 

Membre du groupe des "Bursting Creepy" (que Reverso traduit par "Déchirement d'effroi"), il était le guitariste de la bande et avait une passion pour la teinture verte. Comme le montre la page publique Facebook du groupe, le jeune homme avait un attrait particulier pour les attributs des fans de hard rock. Constatez par vous-même :



Le même profil définit le groupe comme "masculin (très)" et donne comme références musicales System of a Down ou encore Sum 41. Une facette jusqu'alors inconnue du nouveau patron des jeunes frontistes, nommé en octobre 2014.

Au Lab, on aime encourager les activités artistiques. Du coup, retrouvez ci-dessous une des performances du groupe (si vous en voulez d'autres, demandez à Google). Gaétan Dussausaye est tout à droite :



#BONUS TRACK

Dans le même portrait des Inrockuptibles, le nouveau directeur des FNJ est comparé à l'ancien, Julien Rochedy. Mais si, vous savez, c'est celui qui faisait chanter la Marseillaise dans les manifestations ou qui lisait du Mussolini. Et la comparaison n'est pas flatteuse pour ce dernier. Wallerand de Saint-Just, trésorier du parti et candidat à la mairie de Paris en 2014 explique pourquoi il a voulu changer de président à la tête des FNJ. La raison est simple : le manque de travail. Il explique :

Rochedy ne foutait rien !

Du rab sur le Lab

PlusPlus