Pour ses 80 ans, Brigitte Bardot trouve que le gouvernement "se doit de lui accorder" ses "dernières volontés"

Publié à 13h56, le 08 septembre 2014 , Modifié à 19h25, le 17 octobre 2014

Pour ses 80 ans, Brigitte Bardot trouve que le gouvernement "se doit de lui accorder" ses "dernières volontés"
Brigitte Bardot © Reuters

LES GRANDS MOYENS - Brigitte Bardot fait passer sa liste de cadeaux d'anniversaire par lettre ouverte et par voie de presse. Une liste aux faux airs de testament, puisque ce sont bien ses "dernières volontés" qu'elle communique, et pas à n'importe qui : François Hollande, Manuel Valls, le gouvernement, Claude Bartolone, Jean-Pierre Bel et tous les parlementaires français sont priés de bien vouloir lui accorder ce qu'elle demande. Et pas plus tard que tout de suite, sans quoi elle considérera tout simplement qu'elle a "raté [sa] vie".

Reprenons. "BB", dont chacun connaît l'engagement en faveur de la cause animale, aura 80 ans le 28 septembre prochain. Fin août, l'icône du cinéma français avait donné une interview à Paris Match. Elle y présentait certes Marine Le Pen comme "la Jeanne d'Arc du XIXe siècle", mais elle avait également prévenu qu'elle demanderait "à tout le gouvernement et au Président" deux cadeaux pour son anniversaire :

"

Le changement du statut du cheval, le faisant passer d'animal de rente à animal de compagnie et lui éviter ainsi l'abattoir [et] la remise en application immédiate de la loi française et européenne exigeant l'étourdissement des animaux d'abattoir avant la saignée, sans dérogation pour les abattages halal et casher.

"

Elle est donc passée à l'acte. Ce lundi 8 septembre, Brigitte Bardot s'est offert une pleine page dans plusieurs quotidiens (Le Parisien, Le Figaro, Var Matin) pour diffuser sa lettre ouverte. L'ancienne actrice réitère ses deux demandes : l'interdiction de l'hippophagie et celle de l'abattage rituel (sans étourdissement de l'animal).

"

Deux demandes évidentes et indissociables que le gouvernement se doit de m'accorder après 30 ans d'attente, pour mes 80 ans et en hommage aux 40 années de combat menées courageusement, en ne gagnant que de petits combats et non de grandes victoires.



[...] Voilà les deux évolutions indispensables à notre époque que je demande aux gouvernements successifs depuis 30 ans. Il serait juste de me les accorder après tant d'années de suppliques et d'attente. Si je ne les obtiens pas, j'en conclurai que j'ai raté ma vie.

"

Et pour convaincre les plus hautes autorités de l'État, elle n'hésite pas à jouer sur la corde sensible. Voici quelques passages du "petit exposé explicatif de la situation" auquel elle se livre dans sa lettre ouverte :

"

Depuis 1973, il y a 41 ans, j'ai abandonné le cinéma pour me mettre totalement au service de la protection et de la défense des animaux.



[...] En 1986, je créai seule ma fondation. Pour obtenir les fonds nécessaires et indispensables, je vendis aux enchères tous mes biens les plus précieux ne gardant que l'essentiel. Puis je fis don de ma célèbre "Madrague".



[...] J'étais partie me battre en 1977 au Canada contre le massacre scandaleux des bébés phoques. Ce qui permit au monde entier de découvrir cette sanglante boucherie sur d'innocentes petites boules blanches ne pouvant se mouvoir que difficilement.

"

La lettre ouverte s'accompagne d'une photo de "BB" avec Duchesse, "une jument qu'elle a sortie de l'abattoir et qui a vécu 40 ans à ses côtés".

"J'ai rédigé moi même le texte et voulu une large diffusion car je veux que tout le monde le sache, ce sont mes dernières volontés", a expliqué à l'AFP Brigitte Bardot, précisant qu'elle devait s'entretenir par téléphone cette semaine avec François Hollande à ce sujet.

Du rab sur le Lab

PlusPlus