Réforme territoriale : une nuit blanche à l'Assemblée nationale et une nouvelle carte de 13 super-régions

Publié à 07h10, le 18 juillet 2014 , Modifié à 07h26, le 18 juillet 2014

Réforme territoriale : une nuit blanche à l'Assemblée nationale et une nouvelle carte de 13 super-régions
Images de la séance de nuit à l'Assemblée le 18 juillet, prises par les députés Nicolas Bays, Olivier Falorni et Sylvie Tolmont.

Ils ont opté pour une nouvelle carte de 13 super-régions. Après une nuit blanche de débats, et une fin de séance à 6h15 du matin, les députés ont adopté très tôt ce 18 juillet la nouvelle carte à 13 régions proposée par les socialistes, en validant l'article 1 de la réforme territoriale.

L'article a été adopté par 52 voix pour, donc certaines à droite, contre 23, dans un hémicycle plutôt fourni au vu de l'heure tardive.

Cette carte de 13 régions diffère de celle proposée initialement par le gouvernement qui prévoyait quant à elle de passer de 22 à 14 régions. L'exécutif avait donné son accord pour des modifications tant que le nombre de nouvelles régions n'excédait pas 14. Voici les changements :

- La fusion de Poitou-Charentes, du Limousin et de l'Aquitaine. Dans la version Hollande, c'est le Centre qui était rattaché au Limousin et à Poitou-Charentes et l'Aquitaine faisait bande à part.

- La fusion litigieuse du Nord-Pas-de-Calais et de la Picardie, cette dernière étant originellement reliée à la Champagne.

- Le rattachement de l'Alsace, de la Lorraine et de Champagne-Ardennes.

Quinze jours plus tôt, le Sénat s'était quant à lui dessaisi de cette nouvelle carte, estimant qu'il était trop tôt pour décider de ses nouveaux contours et renvoyant sa participation à la seconde lecture.

Côté députés, certains ont fait connaitre leur satisfaction de voir cette nuit blanche de débats se terminer, à l'image des socialistes Nicolas Bays et Eduardo Rihan-Cypel ou de l'ex-PS Olivier Falorni :



La séance doit reprendre ce 18 juillet dans l'après-midi pour continuer l'examen de la réforme territoriale.

Du rab sur le Lab

PlusPlus