Réformes, gouvernement, majorité : Alain Juppé présente sa méthode de futur candidat à la présidentielle

Publié à 12h59, le 30 janvier 2015 , Modifié à 12h59, le 30 janvier 2015

Réformes, gouvernement, majorité : Alain Juppé présente sa méthode de futur candidat à la présidentielle
Alain Juppé © NICOLAS TUCAT / AFP

"Je n'ai pas aujourd'hui un programme tout ficelé ! Nous ne sommes pas en 2017 ! J'y travaille." Alain Juppé veut prendre son temps. S'il a bien quelques idées de réformes à mettre en oeuvre en cas de victoire à la présidentielle, il souhaite "écouter" avant de "décider" et travaille surtout à une méthode de gouvernement. C'est ce qui ressort de sa longue interview au Figaro Magazine, vendredi 30 janvier.

Candidat à la primaire de 2016, le maire de Bordeaux entend s'y présenter avec l'aura du prétendant sérieux et préparé. Au-delà des idées, l'ancien Premier ministre ébauche donc ce qui serait sa pratique du pouvoir s'il accédait à l'Élysée 2017.

# Les idées

Contrairement à la majorité des candidats à de telles responsabilités, il ne multipliera pas les promesses pour y parvenir. Il explique au Figaro Magazine :

Lorsque ma réflexion sera aboutie, je présenterai non pas 150 propositions ni même 60 ou 80 mais 10 ou 15 engagements majeurs en disant aux Français : voilà ce sur quoi je demande votre accord. Il faut un mandat clair.

Manière de ne pas se disperser, mais aussi de limiter les possibilités d'échecs. Alain Juppé veut ainsi préparer ses textes de loi avant l'élection, se détachant du "mythe médiatique" des "100 jours" qui suivent la victoire. Il détaille :

Je dis toujours que ce qui m'intéresse, ce sont les 100 jours avant la présidentielle ! C'est à ce moment-là qu'il faudra annoncer clairement la couleur et ne pas prendre les gens par surprise. Il faudra donc présenter des textes déjà rédigés.

# L'équipe

Avec quelle équipe mettrait-il cela en marche ? Resserrée, promet-il :

Il faut évidemment moins de ministres. Seules une quinzaine de fonctions gouvernementales sont importantes. Il faut probablement réfléchir à une meilleure articulation du travail gouvernemental.

Il propose notamment d'"arrêter la chaîne absurde des conseillers", chaque sujet disposant de son spécialiste dans les équipes respectives du chef de l'État, du chef du gouvernement et de chacun des ministres. "C'est une source inépuisable de conflits", "de complication et de ralentissement", juge Alain Juppé.

# La majorité

Gouverner, c'est (aussi) faire voter. Et pour cela, il faut une majorité. "Je me situe très clairement dans une perspective de rassemblement de la droite et du centre", rappelle Alain Juppé. Il ajoute :

C'est l'ADN même de l'UMP qui nous a conduits souvent à la victoire. L'un des échecs de l'UMP en 2012, c'est précisément d'avoir perdu le centre qui avait rejoint l'UMP à sa création.

Et d'une pour Nicolas sarkozy. Pas de "surenchère sur le FN", prévient-il encore. Quant à un "consensus" ou à une "ouverture" plus larges, cela doit se faire sur la base d'un "projet" et non de personnes, fait-il valoir :

Pas par des combinaisons d'appareil ou des recrutements individuels. Je vous rappelle qu'en 2007, on a essayé d'élargir en faisant rentrer au gouvernement M. Jouyet [actuel secrétaire général de l'Élysée, ndlr] ou M. Kouchner, personnalités très respectables mais qui n'engageaient qu'elles-mêmes. Ce ne sera pas ma méthode. Je présenterai un projet, et j'accueillerai ensuite tous les républicains qui y adhèrent.

Et de deux pour le président de l'UMP.

[Bonus Track] Autopromo

"Sans courant [au sein de l'UMP], avec peu de soutiens, comment allez-vous faire ?", lui demande sans ambages le magazine. "Avec prudence et modestie", Alain Juppé explique doctement :

Quand je regarde, avec prudence et modestie, les sondages, je ne me sens pas si seul ! Mon problème aujourd'hui, c'est de répondre à toutes les offres de soutien que je reçois. J'ai mis en place mes groupes de travail. Ma plate-forme collaborative sur mon site Agispourlafrance.fr fonctionne à plein et toute une équipe de jeunes en analyse les contributions.

Du rab sur le Lab

PlusPlus