Répétition générale : une semaine avant l’Assemblée, la région Ile-de-France a voté pour reconnaitre la Palestine

Publié à 12h48, le 24 novembre 2014 , Modifié à 12h50, le 24 novembre 2014

Répétition générale : une semaine avant l’Assemblée, la région Ile-de-France a voté pour reconnaitre la Palestine

RÉPÉTITION GÉNÉRALE - Les initiatives françaises en faveur de la reconnaissance d’un Etat palestinien ne font pas l’unanimité. Au point que le Premier ministre d’Israël, Benyamin Netanyahu a qualifié l’initiative des députés socialistes de "grave erreur" alors que 134 pays ont déjà reconnu les deux Etats, palestinien et israélien.

Pourtant, six jours avant que l’Assemblée nationale ne débatte de la proposition de résolution invitant la France à reconnaitre un Etat de Palestine (le 28 novembre avant un vote le 2 décembre), c’est le Conseil régional d’Ile-de-France qui s’est saisi du sujet. Dans la nuit du 21 au 22 novembre, l’assemblée régionale a ainsi adopté un vœu du groupe écologiste plaidant pour que la France reconnaisse l’Etat palestinien.

"Ce vœu appelle le gouvernement français à reconnaître sans délai la Palestine comme un Etat indépendant, souverain et démocratique, sur la base des frontières de 1967, avec Jérusalem comme capitale des deux Etats", écrivent les élus EELV de la région Ile-de-France, alors que le texte a été adopté avec les voix du Parti socialiste, du Parti de gauche, du Parti communiste et des écologistes.

Et ce, malgré un président socialiste de région, Jean-Paul Huchon, visiblement irrité. Qui rappelle d’emblée qu’il ne prendra pas position. "La règle pour les vœux fait que l’exécutif, je n’interviens pas", lâche Jean-Paul Huchon. Avant d’ajouter un peu plus tard dans le débat, en réponse aux doutes émis par les élus UMP et UDI :

Quand on lit le règlement intérieur, il n’y a pas beaucoup de discussion possible. Le président du Conseil régional complète cet ordre du jour en y inscrivant trois vœux au plus, relatifs à des questions d’intérêt régional…

"Le groupe mouvement populaire ne prendra pas part au vote de ce vœu", a répliqué Valérie Pécresse, chef de file des élus régionaux UMP, en séance, assurant que cette initiative pouvait être vécue comme "une provocation". Elle poursuit : 

Ce n’est pas le lieu de débattre de ce sujet. Ce n’est pas à des élus régionaux de régler cette question. Je crois que nous avons tendance à détourner notre institution régionale de son véritable objet qui serait plus de lutter contre la pollution en Ile-de-France ou de revoir le schéma régional éolien.

Comme le préconise Christian Jacob, patron des députés UMP, pour le débat à venir au Palais-Bourbon, les élus de l’UMP et de l’UDI n’ont donc pas pris part au vote. Comme un air de répétition générale donc avant l’examen de la résolution socialiste à l’Assemblée. "C'est un très bon signe à la veille d'une décision historique pour la France en faveur de la Palestine", a de son côté déclaré Mounir Satouri, président du groupe des écologistes à la région.

Du rab sur le Lab

PlusPlus