Le commentaire d'une candidate FN en faveur du plastiquage des mosquées

Publié à 13h39, le 24 mars 2014 , Modifié à 15h43, le 24 mars 2014

Le commentaire d'une candidate FN en faveur du plastiquage des mosquées
Jean-Marie Le Pen et Laurence Truchot (Capture d'écran)

Elle se présente comme une "chrétienne",  "FN depuis toute petite, mais encartée depuis un an". Laurence Truchot affirme son attachement au parti fondé par Jean-Marie Le Pen. Elle apparaît même à ses côtés, le 20 mars à Nice, lors d'un meeting du président d’honneur à quelques jours du premier tour des municipales et pour lesquelles elle figurait en 10ème position sur la liste Bleu Marine de Puget-Théniers, dans les Alpes-Maritimes.

Mais la frontiste va plus loin que son camp, notamment sur Facebook où, contactée par Le Lab, elle se dit "très active". Loin, très loin, comme en atteste plusieurs commentaires laissés sur le wall d’un certain Sebiscotte Seb et repéré par la journaliste Agnès Leglise, citant le compte de Castor Prod. Sebiscotte Seb s’enorgueilli d’avoir envoyé à la mosquée d’Istres une tranche de jambon "nue entre deux feuilles blanches" et "sans le plastique". En avril 2010, cette mosquée avait été la cible d’une trentaine de tirs par des armes de différents calibres.

Réponse de Laurence Truchot sur Facebook :

Je conseille à tous mes ami(e)s patriotes d’en faire autant. Moi je vais le faire !! Bravo Seb, belle initiative.

Un peu plus loin, la colistière lance un appel sans équivoque :

Si des personnes savent fabriquer des bombes, qu’ils me contactent pour les mettre avec moi. On va les faire sauter ces saletés de mosquées.

Au Lab ce lundi 24 mars, Laurence Trichot se défend d’avoir tenu de tels propos, dénonçant "un montage qui remonte à deux ans".

Je suis FN et je le revendique mais je n’ai jamais écrit ça. Mon compte a été piraté par un antifa. C’est un hacker. Ils sont forts […] Il avait mis un contrat sur ma tête.

D’autres frontistes, comme elle, auraient été victimes de ces attaques informatiques. Elle raconte avoir voulu déposer plainte à la gendarmerie mais "on ne l’a pas pris en compte". "Même pas la main courante", jure-t-elle.

Contacté par Le Lab, la personne mise en cause par Laurence Truchot n’a pas, pour l’instant, répondu à nos sollicitations.

De son côté, la liste Bleu Marine de Puget-Théniers a été battue dès le premier tour des municipales, recueillant 12,35% des voix contre 61,69% pour la liste Divers droite du maire sortant Robert Velay. 

Du rab sur le Lab

PlusPlus