VIDÉO - Les premiers instants de la traversée du désert de Jean-François Copé

Publié à 16h30, le 23 novembre 2014 , Modifié à 16h39, le 23 novembre 2014

VIDÉO - Les premiers instants de la traversée du désert de Jean-François Copé
Jean-François Copé à l'aube de sa (courte) traversée du désert, le 11 juin 2014 © Images France 2 - Montage Le Lab

INSTANT TÉLÉ - Nous sommes le 11 juin 2014. Jean-François Copé, poussé à la démission par l'affaire Bygmalion, vient de quitter la présidence de l'UMP. Il remonte en voiture après son discours à Aulnay-sous-Bois, accompagné par les caméras de France 2. La chaîne a diffusé, dimanche 23 novembre, son documentaire sur l'ancien patron du parti d'opposition, dans son émission 13h15 le dimanche

Et le reportage, intitulé "Copé, le mal aimé", s'ouvre sur ces images. Se frayant un chemin entre les photographes et les militants massés autour de son véhicule, Jean-François Copé rejoint son épouse sur la banquette arrière. "Voilà", lâche-t-il avant d'écarquiller les yeux, bouche béante, visiblement soulagé d'en avoir fini. Il vient de faire ses adieux aux militants par ces mots : "Je veux désormais faire de la politique autrement. [...] C'est d'abord imaginer un autre temps, un temps où on commence par se taire après avoir tant parlé, peut-être trop parlé".

Sa femme Nadia le réconforte, une pile de dossiers entre eux sur l'accoudoir :

Magnifique discours !

Le désormais ex-président de l'UMP ouvre alors sa fenêtre pour saluer la foule : il lance des "salut", "ciao, ciao" et autres "merci, à très vite, hein". Faussement radieux, il envoie un baiser de la main. Puis remonte sa vitre, inspire profondément, replace machinalement sa cravate. Et soupire :

Wow. On a eu chaud, là.

Nadia lui conseille de boire "un peu d'eau". Il engloutit une rasade interminable et laisse échapper un dernier "voilà". Il entame sa traversée du désert.

Une séquence étouffante à revoir dans cette vidéo, isolée par Le Lab :



Depuis sa démission, Jean-François Copé s'est effectivement tenu à l'écart. Ce reportage, pour lequel le maire de Meaux a accepté d'être accompagné par des journalistes durant trois mois, le montre exclusivement tourné vers sa ville est ses administrés. Visites de terrain, plaisanteries avec des viticulteurs locaux... C'est le Jean-François Copé qui en a fini avec les petites phrases que montre ce document d'une quarantaine de minutes.

Mais sa mise en retrait n'aura finalement duré que quelques mois. Avec ce reportage, il devance même le calendrier qu'il avait lui-même établi. Début octobre, L'Opinion faisait état des ambitions toujours très grandes du paria de l'UMP :

Pourquoi pas 2017 ?



Je vais prendre du recul, c'est très important. Mais à partir de décembre, je relance tout.

Du rab sur le Lab

PlusPlus