Les pro-Huchon se félicitent du "lâchage par Cambadélis" de de La Gontrie, qui ne désarme pas

Publié à 20h10, le 08 avril 2015 , Modifié à 18h24, le 09 avril 2015

Les pro-Huchon se félicitent du "lâchage par Cambadélis" de de La Gontrie, qui ne désarme pas
© LOIC VENANCE / AFP

C'est le meilleur ! Chez les  partisans de Jean-Paul Huchon, on estime que ce mercredi 8 avril est une belle journée après une belle semaine. Il y a pile une semaine, mercredi 1er avril, Jean-Paul Huchon - aka Huchonator- expliquait au journal Le Parisien qu'il était l'homme de la situation : rassembleur, connaissant l'entreprise... Bref, après 3 mandats, il est au top. Une interview jugée un *peu* agressive par le camp adverse. Et ce mercredi 8 avril, l'interview du patron du PS, Jean-Christophe Cambadélis sur RTL, ajoute une couche de satisfaction aux soutiens de l'amateur de Neil Young.

Le patron du PS, député de Paris réputé proche de Marie Pierre de La Gontrie la lâche. Il contredit l'argument avancé par l'opposante à Jean-Paul Huchon : la réforme des statuts. Sa candidature ne serait pas valide car contraire aux nouvelles règles adoptées par le PS en 2012 et non pas l'an dernier comme le dit Jean-Christophe Cambadélis. Ce dernier balaie l'argument : "Elle sait qu'il y a pas de rétroactivité des lois. On l'a voté il y a un an..."  Circulez il n'y a rien à voir.

Les proches de Jean- Paul Huchon voient dans cette prise de  position un *bon* signal ... Ils raillent :    

 

"

Quand on a que les statuts pour se défendre, c'est pas bon signe. Elle pensait le mettre KO, mais non ! 

"

Il faut dire que cette question soulevée par Marie Pierre de La Gontrie ne concernait pas que Jean-Paul Huchon. Alain Rousset, déjà investi lors d'une primaire PS pour les régionales en Aquitaine-Limousin-Poitou-Charentes lui aussi sortirait du cadre. Impossible pour Jean-Christophe Cambadélis de remettre en cause cette désignation. D'où cette fin de non-recevoir à Marie-Pierre de La Gontrie.  

A cette déclaration s'ajoute une belle image : des communiqués communs signés Anne Hidalgo (soutien de Marie-Pierre de la Gontrie) et Jean- Paul Huchon pour réclamer des mesures en Ile-de France contre le pic de pollution attendu ces prochains jours.

Du côté de l'actuelle vice-présidente, on ne désarme pas. La position de Cambadélis s'expliquerait par l'approche du congrès et la volonté de ne froisser personne mais on explique que les militants veulent - eux- l'application de mesures qu'ils ont votées.  

La  candidate, pour sa part, estime qu'évincer une femme alors que les départementales ont montré un cruel manque de présidentes de départements serait une bien mauvaise idée ... Interrogée par Le Lab, elle déclare :    

"

Il faut faire attention à ce qu'on ne trouve pas de prétexte pour évincer une femme. Chez les socialistes, il y en a une seule aujourd'hui, c'est Carole Delga, et à l'UMP à part Valérie Pécresse... Il y a un paramètre femme qui doit entrer en ligne de compte.

"

[BONUS ] Et le 3ème homme (ou femme) ? 

 

A des visiteurs socialistes, François Hollande a confié que cette primaire en Ile-de-France prévue le 28 mai pour désigner la tête de liste pour les régionales n'est pas sa tasse de thé. Ce duel Huchon versus de La Gontrie ne lui plait guère. Il songerait à une troisième candidature même si cela semble ... compliqué.

Il aurait évoqué une tête de liste EELV. Emmanuelle Cosse, élue régionale, pourrait être celle-ci. Mais elle a annoncé vouloir mener sa propre liste. "Ce serait un signe en direction des Verts dans l'attente d'un remaniement" explique un élu qui balaie aussi rapidement l'idée : "un Vert serait incapable de gagner la région". 

L'hypothèse Najat Vallaud-Belkacem ?  Une femme, qui plus est jeune et ministre. Le nom de la ministre de l'Education nationale aurait circulé. Mais elle ne serait pas si emballée que cela : elle viserait plutôt une "alliance " avec Jean-Jacques Queyranne en Rhône- Alpes- Auvergne pour ensuite investir une circonscription dans la région lyonnaise.

Du rab sur le Lab

PlusPlus