Olivier Besancenot "regrette la provocation" d'Alain Finkielkraut à Nuit Debout

Publié à 10h57, le 19 avril 2016 , Modifié à 11h21, le 19 avril 2016

Olivier Besancenot "regrette la provocation" d'Alain Finkielkraut à Nuit Debout
© © PIERRE ANDRIEU / AFP

PROVOC' - Avait-il sa place ou non? La venue d'Alain Finkielkraut samedi 16 avril au soir à Nuit Debout divise. Sévèrement prié de rentrer chez lui par certains militants qui occupent la place de la République à Paris, de nombreux politiques - de droite comme de gauche - se sont indignés sur le sort réservé au philosophe. Olivier Besancenot voit ça d'un autre œil. Pour lui, le membre de l'Académie française était venu pour provoquer les militants et n'avait donc rien à faire là.

Invité de LCI le 19 avril, l'ancien porte-parole du NPA regrette l'emballement médiatique autour du renvoi du philosophe de Nuit Debout. Il explique:

"

- Olivier Besancenot : Je regrette sa provocation, et puis franchement, ça ne m'intéresse pas.



- Arlette Chabot : C'est de la provoc' d'y aller?



- Olivier Besancenot : Ouais... Il y est allé et puis il y est resté en plus si j'ai bien compris. Moi je n'étais pas présent. J'ai un alibi, si vous me demandez. Pour être tout à fait clair, j'ai un alibi, je n'étais pas présent ce soir-là. De ce que j'ai compris, il a pu assister à l'assemblée générale pendant de longues minutes, une demi-heure, une heure... Puis ensuite, il a été interpellé et il est parti. Puis après, je vois l'emballement médiatique derrière tout ça mais il savait ce qu'il faisait.

"

Avant de faire une petite comparaison sympathique pour pointer du doigt la provocation d'Alain Finkielkraut:

"

Alain Finkielkraut à une assemblée générale de Nuit Debout, vous êtes sûrs de l'accueil. Comme si moi j'allais à une assemblée générale des actionnaires du CAC 40. Vous voyez à peu prêt ce que vous voulez faire...

"

Olivier Besancenot est une des seules personnalités politiques à se rendre régulièrement à Nuit Debout place de la République à Paris pour "participer, s'impliquer et aider, comme plein d'autres militants et non militants", comme il le prétend sur LCI. Même si tous n'ont pas connu le même sort qu'Alain Finkielkraut, d'autres n'ont "pas été reconnu" (la faute à la casquette, n'est-ce pas Jean-Christophe Cambadélis?) ou préfèrent ne pas y aller. L'ancien porte-parole du NPA soutient lui le mouvement depuis la première nuit. Il voit en Nuit Debout un "mouvement plus global" qu'une simple manifestation contre la loi Travail. 

Du rab sur le Lab

PlusPlus